2016 : les défis des entreprises en matière de formation professionnelle !

Par , le 18/02/2016

2016 est une année symbolique avec des dates butoirs à retenir pour la formation professionnelle: entretien professionnel, le versement de la contribution aux OPCA mais aussi l’alimentation des CPF. Dés défis pour toutes les entreprises !

Les différents rendez-vous de 2016

Actualité : L’informel, clé de la formation professionnelle ? - Tissot FormationLa première date importante à relever est celle du 29 février 2016, qui est la date limite du versement de la participation continue à la formation professionnelle. Il s'agit de la nouvelle contribution unique, en principe fixée à 1 % pour les entreprises d'au moins 10 salariés.

A noter que les entreprises n'ont plus cette année l'obligation de remplir la déclaration appelée « 2483 ».

Par ailleurs, au plus tard le 6 mars 2016, toutes les entreprises auront établi les entretiens professionnels des salariés embauchés avant la réforme du 5 mars 2014. Pour rappel, ce dernier est basé uniquement sur les perspectives d'évolution et les souhaits de formation du salarié.

Autre moment important : le compte personnel de formation des individus sera alimenté normalement en mars 2016. Pour rappel, cette alimentation se fait automatiquement et pourra être visible sur le site www.moncompteformation.gouv.fr (24 heures pour un individu à temps plein).

Du côté des organismes de formation, il va falloir anticiper l'obligation de labelliser ou de certifier les formations. En effet, un décret qualité entrera en vigueur le 1er janvier 2017.

Ce dernier pose noir sur blanc des critères définissant la qualité des actions de formation continue qui devront être respectées à compter du 1er janvier 2017 en listant 7 critères « qualité ». La seule contrainte sera de vérifier que la formation correspond aux besoins des stagiaires.

Notez-le : les organismes de formation pourront grâce au respect de ces critères continuer à prétendre à des financements de la part des OPCA.

La transformation de la formation en levier d'expansion internationale

En 2016, les projets de formation en entreprise devraient se complexifier avec l'internationalisation des entreprises. L'objectif de toutes les entreprises étant l'adaptabilité et l'employabilité des salariés.

Par ailleurs, les progrès du numérique, l'utilisation du e-learning, des MOOC ou encore des COOC pour la formation vont faciliter l'uniformisation des processus RH.

Par conséquent, il reviendra au responsable formation de mettre en place un dispositif d'individualisation, de personnalisation et de mesure de la formation. La formation devra être transformée en compétences !

Le responsable formation devra donc apporter les éléments suivants :

  • efficacité en accompagnant et en conseillant les salariés ;
  • simplicité en mettant en place de nouveaux outils ;
  • réactivité en alertant en cas de difficultés.

Et la formation sera perçue d'une autre manière que ce qu'elle était auparavant.

La correction des insuffisances en matière de formation

Aujourd'hui, la plus grande difficulté est de trouver la « bonne » formation pour le salarié. Pour cela, un grand travail de fond en amont s'impose. A cela s'ajoute le fait que la formation est un « vaste chantier ».

Il convient par conséquent de corriger les insuffisances pour que la formation devienne un droit universel réellement reconnu à chacun, rendu exerçable et préparant à l'exercice de l'avenir. En effet, la formation doit également répondre aux besoins des individus et de l'économie.

Les insuffisances à corriger sont les suivantes :

  • les inégalités d'accès : en effet, actuellement ce sont les personnes déjà bien formées qui ont la chance de suivre des formations. L'objectif sera donc de former un maximum de personnes. A noter que les personnes exclues sont souvent les plus âgées, les plus « faibles » ou encore les femmes ;
  • la durée des formations : aujourd'hui, elles sont beaucoup trop courtes. Grâce à la réforme, elles deviennent un peu plus longues.

Les entreprises devront donc relever le défi de la « réussite » et la formation doit être un défi positif pour les entreprises comme pour les salariés.

La création d'un dialogue employeur/salarié

Le dialogue employeur/salarié est à réinventer pour une meilleure application de la réforme !

L'objectif étant de faciliter la réflexion sur l'évolution de chaque salarié.

L'entretien professionnel fait partie de l'un des outils de la création de ce dialogue. En effet, ce dernier offre une réelle opportunité à l'employeur et aux salariés d'envisager les évolutions de poste.

Il s'agit de faire en sorte que l'employeur et le salarié puissent discuter ouvertement et librement.

Le but étant de ne pas faire stagner un salarié à son poste pendant des années. L'évolution pourra être horizontale comme verticale.

Si l'entreprise sait s'investir dans ce champ des compétences pour identifier les besoins de formation et rechercher les moyens de la financer, elle se met toute entière en mouvement.

La préparation de l'avenir par le responsable formation

Il reviendra au responsable formation en 2016 de valoriser les compétences d'aujourd'hui et bien évidemment préparer celles de demain.

Bien utilisé, l'entretien professionnel, obligatoire tous les 2 ans, sera un levier et non plus une contrainte, comme peuvent le concevoir certaines entreprises.

Il permettra de construire un plan de formation efficace et mettre en place une gestion prévisionnelle des compétences.

Le responsable formation doit pour cela avoir une vision globale de la stratégie de l'entreprise.

Dans la réalité, les objectifs du responsable formation seront difficiles à tenir et la route est semée d'embuches. Il lui faudra donc de la patience pour mener à bien tout cela…

Catégories de l'article :

Formations sur le même sujet :