Cadres : un nouvel attrait pour la formation longue

Par , le 26/02/2013

Dans son dernier baromètre semestriel, l’APEC dresse un nouvel état de l’emploi des cadres. Le document révèle une modification des attentes de ces travailleurs, à la fois plus prudents et revoyant leurs priorités, notamment en termes de formation professionnelle.

La formation professionnelle en appui de l’évolution de carrière

 

Les cadres, comme les autres salariés, connaissent aussi une période agitée sur le secteur de l’emploi. Pour beaucoup, la morosité demeure d’actualité depuis plusieurs mois avec la volonté de rechercher la stabilité en restant dans leur entreprise. Cette nouvelle façon de réfléchir à l’emploi pour cette catégorie professionnelle n’en est pas pour autant signe d’immobilisme. 

Si la préservation de l’emploi est ainsi devenue la priorité des cadres, ceux-ci pensent également à l’avenir en entrevoyant de façon plus importante la formation professionnelle comme clé de cette évolution même si les perspectives de formations sont moroses. Les formations longues – de plus d’un mois – trouvent dans le baromètre de fin 2012, publié par l’APCE, un écho d’autant plus grand. 42 % des cadres interrogés envisagent désormais cette solution pour donner un nouvel élan à leur carrière, enregistrant de ce fait une progression de 7 points par rapport à l’étude précédente.

 

Le bilan des compétences, autre orientation des cadres

Cette avancée dans la réflexion de l’évolution de carrière des cadres passe aussi par une confirmation des acquis. Deux démarches sont envisagées par de plus en plus de salariés : le bilan de compétence et la validation des acquis de l’expérience (VAE). Ces deux solutions représentent pour tous, y compris chez les cadres, la garantie de valider chaque connaissance et le poste occupé.

Ces choix d’orientation envisagés par les cadres restent dans le même temps, et en grande majorité, une démarche personnelle, hors des conseils de l’entreprise. Ces derniers sont toutefois davantage recherchés  par les employés les plus anciens, que ce soit en faisant appel au supérieur hiérarchique ou à la DRH

Ainsi, chaque cadre prend désormais la mesure de la situation actuelle en confortant son emploi, tout en cherchant à valider ses connaissances en vue d’une possible évolution reportée, pour le moment, à plus tard. 

Formations sur le même sujet :