Comment repenser la gestion de la formation dans un contexte de digitalisation en entreprise ?

Par , le 24/08/2017

Comment repenser la gestion de la formation dans un contexte de digitalisation en entreprise ?
Dans un environnement en perpétuel changement juridique mais aussi organisationnel, ne convient-il pas de repenser la question de la gestion de la formation en entreprise. Les lois successives relatives ou impactant la formation bouleversent les modalités de gestion financière mais plus encore l’ère du digital vient repenser les modalités d’apprentissages et donc de formation dans l’organisation. A l’ère du tout numérique et dans un contexte où le facteur économique et facteur temps sont rendus primordiaux, n’est-il pas nécessaire pour le Responsable Formation de repenser la gestion de la formation?

Quels facteurs rendent nécessaire de repenser la gestion de la formation ?

mai17_breve_video-formationLe temps de la formation en présentiel est-il révolu dans un contexte de digitalisation des fonctions de l’entreprise et à l’ère du tout numérique ? Deux facteurs amènent légitimement à se poser la question. Le premier d’ordre juridique, le second d’ordre organisationnel. En effet, le législateur exige désormais que chacun des collaborateurs soient formés pour maintenir le collaborateur employable. A cela, des contraintes organisationnelles amènent à rendre compétent le collaborateur en poste et à faire face à l’arrivée de nouvelles technologies dans l’organisation. Pour ce faire tout en permettant au collaborateur de rester productif, le Responsable formation doit jongler avec le facteur temps et de productivité. Dans ce contexte, les formations à distance et en e-learning tendent à se développer.

 

Comment repenser la gestion de la formation à l’ère du tout numérique ?

L’émergence des nouvelles technologies à tous les niveaux de l’organisation nécessite d’inclure cette problématique du tout numérique dans les apprentissages. Si la gestion de la formation en e-learning semble tentante pour des raisons de gains couts générés (pas de prise en charge de frais de déplacement, d’hôtel etc.) et de temps, elle appelle toutefois à la plus grande vigilance. Pourquoi ? Parce qu’elle cache du temps masqué que devra mettre à profit le collaborateur pour expérimenter, se questionner sur les apports du dispositif, là où la formation en présentiel contribue à ces éléments de réponse.

Innover en formation, est-ce possible ?

La question de l’innovation doit se penser à la lumière de la compréhension des méthodes d’apprentissages efficaces pour être efficient et donc rentable en poste. C’est donc la question sous-jacente du 70/20/10 qui est en cause et les critères d’évaluation de l’apprentissage effectivement réalisé qui permettra de gagner en efficacité et en rentabilité. Innover en formation, c’est intégrer la question du numérique à certains conditions et en se penchant sur la question de l’autoformation et des apprentissages informels. Le management des connaissances est en jeu et ce sont ces règles du jeu qu’ils convient d’élaborer pour sortir de la résistance dans laquelle on entre face à des apprentissages plus formels, renvoyant à une scolarisation plus ou moins réussie et donc à laquelle nous sommes plus ou moins réceptifs en tant que collaborateurs. La gestion de la formation c’est se recentrer sur les besoins de l’organisation actuelle à l’ère du numérique et du management collaboratif et fonctionnelle tout en recentrant l’individu au cœur de ses apprentissages en lui apprenant à apprendre dans un temps dédié. Et non moins que de prendre du temps caché pour former formellement.