D’autres moyens de formations privilégiés dans les PME

Par , le 15/08/2013

Les chiffres le confirment, les PME de 10 à 49 salariés affichent encore leur retard concernant la mise en place de sessions de formation professionnelle pour leur personnel, évoquant généralement un manque de temps et un manque de ressources. Toutefois, une autre tendance se développe, mettant à jour d’autres solutions d’apprentissage.

La formation délaissée par les PME

Men working in a factoryCe n’est pas nouveau, mais le phénomène continue sa progression : les petites et moyennes entreprises ayant recours de façon fréquente à la formation professionnelle sont encore très peu nombreuses, venant confirmer la tendance à une limitation de la formation pour 2013. C’est ce qui ressort du récent sondage réalisé par le Céreq. Ainsi, les sociétés de 10 à 49 salariés ne sont que 6% à former leur personnel régulièrement, tandis que seulement 27 % des employés de PME ont suivi un stage professionnel en 2010. Des chiffres qui contrastent avec celui des entreprises de plus de 250 salariés qui, eux, sont 56 % à partir en formation chaque année.

L’une des premières raisons est un choix différent de la formation traditionnelle, non pris en compte dans les chiffres. Il correspond notamment à la formation en situation de travail, l’autoformation ou les rotations de postes. Plus modulables, elles concernent plus de 4 salariés sur 5 

Le temps et les ressources, obstacles à la formation professionnelle

Toutes les activités ne connaissent toutefois pas la même évolution. Ainsi, dans le secteur du BTP comme dans la restauration et l’hôtellerie, les sociétés privilégient bien souvent la formation initiale, dans le cadre de l’apprentissage. Beaucoup considèrent d'ailleurs les compétences des salariés suffisantes. À l’inverse, le tertiaire se révèle très formateur, une situation qui s’explique, entre autres, par leur appartenance à des groupes de plus de 50 salariés, leur faisant adopter des pratiques identiques.

Sur l’ensemble des activités, les entreprises ayant formé en moyenne seulement 1/4 de leurs employés l’ont d’abord fait dans un but d’adaptation au poste de travail, obligatoire, tandis que 60 % évoquent un manque de temps et 40 % le coût des formations. 

Catégories de l'article :