De nouvelles façons de travailler en temps de crise

Par , le 16/05/2013

Tandis que les licenciements et restructurations sont nombreux, d’autres sociétés font le choix de valoriser les compétences de leurs salariés avec un objectif, mieux vivre au travail. Cela passe par de nouvelles solutions d’emploi, mais également par la formation, pas toujours en lien direct avec l’activité de l’entreprise.

Travailler différemment pour mieux s’épanouir

Business planLe mot est lâché, la France vient d’entrer en récession. Si la crise qui perdure depuis de longs mois a eu pour effet d’entraîner la fermeture de nombreuses entreprises avec la mise en œuvre d’opérations de reclassement, elle a aussi bien souvent atteint le moral des salariés.

Pour remotiver les équipes, les sociétés sont aujourd’hui nombreuses à repenser l'idée même du travail en suivant deux pistes principales : un meilleur accord entre emploi et famille, et le développement des connaissances et compétences.

Ainsi, la mise en place de plannings sur mesure est de plus en plus fréquente. Cela passe par la flexibilité des horaires permettant de lisser les heures sur un mois, par exemple, mais aussi par la notion très actuelle de télétravail. C’est, entre autres, la solution proposée par la direction générale de la SNCF à ses cadres, invités à limiter leur temps de trajet en travaillant en partie depuis la gare la plus proche de chez eux, en échange d’une participation aux activités de celle-ci, plus manuelles.

La formation, nouvelle arme de l’épanouissement en entreprise

Un autre outil est également de plus en plus utilisé, différemment : la formation professionnelle. Les sociétés choisissent bien souvent cette solution pour remotiver les employés et leur apporter la considération longtemps demandée.

Dans certaines structures, il est notamment proposé à ceux qui le souhaitent de donner vie à leur projet de mobilité externe en les aidant dans leur évolution de carrière hors de l’entreprise. Reprise d’études, accompagnement dans la création d’entreprise, chaque travailleur peut ainsi préparer son projet dans d’excellentes conditions avant de se lancer.

Les temps de formation sont aussi accrus, pouvant représenter jusqu’à 20 % du temps de travail. L’objectif est de rassurer sur les connaissances et développer de nouvelles compétences, par exemple en management. Le résultat est souvent gagnant-gagnant : le salarié se sent valorisé et l’entreprise peut profiter de ces nouveaux acquis.

Une preuve, s’il en est, que la crise ne rime pas forcément avec morosité au travail… 

Formations sur le même sujet :