Des inégalités toujours marquées concernant l’accès à la formation professionnelle

Par , le 11/03/2014

L’Observatoire des inégalités vient de mettre à jour son étude concernant l’accès des salariés aux apprentissages professionnels. Basée sur des chiffres de 2012, celle-ci fait une nouvelle fois apparaître des distorsions avec des formations encore réservées aux publics les plus favorisés.

Les salariés deux fois plus formés que les chômeurs

Des inégalités toujours marquées concernant l’accès à la formation professionnelle - Tissot Formation Même s’il faut encore attendre plusieurs mois pour savoir si la politique menée concernant la formation professionnelle a conduit à quelques améliorations, les chiffres des dernières études montrent toutes les avancées qui sont à accomplir en la matière.

Le dernier baromètre de l’Observatoire des inégalités vient une nouvelle fois le démontrer. Ainsi, celui-ci laisse apparaître que l’accès à la formation est deux fois plus important pour les salariés – de l’ordre de 50 % -, quand seulement 25 % des chômeurs en ont bénéficié en 2012.

Cette même inégalité se retrouve aussi au sein même des entreprises, suivant le niveau de catégorie sociale. Ainsi, les cadres supérieurs bénéficient pour plus de 68 % des apprentissages dans le cadre de leur activité, quand ils ne sont que 37 % d’ouvriers. Ces différences concernent tout autant le choix des formations et leur durée, favorisant une nouvelle fois les personnes les plus qualifiées.

Un accès à la formation variable suivant la taille de l’entreprise

L’enquête met également en avant l’assiduité du secteur public dans la programmation de formations professionnelles, permettant à plus de 63 % de ses salariés d’en bénéficier. En comparaison, ils ne sont que 46 % dans le privé, même si d’autres enquêtes démontrent l’augmentation des investissements en formation. Cette proportion diminue encore suivant la taille de l’entreprise, la programmation de sessions d’apprentissage n’ayant concerné que 38 % des travailleurs des entreprises de 10 salariés ou plus, contre deux tiers de ceux des sociétés de plus de 250 salariés.

L’autre point important des chiffres de la formation concerne les sessions vouées à permettre une évolution professionnelle. Celles-ci, qui devraient pourtant bénéficier aux moins diplômés, montrent une nouvelle fois leurs limites en étant encore le plus souvent dédiées aux salariés ayant des qualifications plus élevées.

 

Formations sur le même sujet :