Évaluation des apprenants en entreprise

Par , le 09/03/2017

Avec la réforme de la formation professionnelle et la généralisation du e-learning, l’évaluation est devenue un enjeu essentiel pour les responsables de formation à qui ont demande aujourd’hui d’être de véritables managers de la performance.

Evaluation des apprenants en entrepriseLa réforme de la formation professionnelle, avec la disparition de l’obligation légale du 0,9 % de dépense pour le plan de formation, devrait obliger les responsables formation-RH à davantage argumenter leur budget.

Le développement du e-learning, qui fait la part belle aux modules d’évaluation, avec un reporting intégré et la création d’un CPF (Compte personnel-formation) devant privilégier les formations qualifiantes ou certifiantes vont dans le même sens.

 

Depuis Kirkpatrick, on s’accorde à considérer que l’évaluation d’une formation peut se faire à quatre niveaux :

  • Les réactions des participants à la formation et leur degré de satisfaction.
  • Les apprentissages des utilisateurs en terme de savoir, savoir-faire ou savoir-être.
  • Les comportements, cad la mise en œuvre des connaissances acquises à la suite de la formation sur le poste de travail.
  • Les résultats concrets dans l’entreprise qui peuvent être évalués en terme de productivité, de réduction des coûts, diminution du turn-over…

Si le niveau 1 est aujourd'hui bien évalué (autour de 85%), le niveau 2 l’est déjà beaucoup moins (autour de 50%). Quant au niveau 3 et 4, pourtant cruciaux si on veut faire de la formation un levier d’investissement, ils restent encore largement négligés.

En cause : le manque de lien entre les responsables de formations et les managers sur le terrain, la quasi-inexistence de l’évaluation par la mise en situation au poste de travail. Rares sont en effet les entreprises, où le salarié et son manager échangent en tête à tête avant et après une formation.

Les principaux freins semblent le manque d’implication des managers opérationnels et le manque de temps et de moyen du département formation.

Mais cela devrait évoluer avec la réforme. Les stratégies d’évaluation de la formation, encore faibles, sont en cours d’élaboration dans près d’un tiers des entreprises et près de la moitié y pensent sérieusement.