La formation de demain sera-t-elle en VR ?

Par , le 07/11/2017

Encore cantonné à quelques entreprises (2% début 2017), la réalité virtuelle devrait progresser fortement comme modalité d’apprentissage dans les années à venir. Celle-ci est en effet plébiscitée par plus de la moitié des professionnels de la formation qui la voient comme une priorité, selon une récente enquête. 59 % des DRH comptent même l’utiliser dans [...]

article-realite-virtuelle_tissot_102017Encore cantonné à quelques entreprises (2% début 2017), la réalité virtuelle devrait progresser fortement comme modalité d’apprentissage dans les années à venir. Celle-ci est en effet plébiscitée par plus de la moitié des professionnels de la formation qui la voient comme une priorité, selon une récente enquête. 59 % des DRH comptent même l’utiliser dans leur entreprise dans les années à venir dont près d’un tiers dans les trois ans.
Et ceci pour plusieurs raisons :- C’est avant tout un apprentissage plus engageant qui donne une image innovante de leur entreprise.
- Elle permet aussi de réaliser des formations dans un environnement à risque, qu’il était difficile de faire auparavant.
- C’est enfin la fin des barrières géographiques. On peut grâce à cette technologie faire une formation à distance sur une plateforme pétrolière sans avoir à déplacer toute une équipe par hélicoptère, ce qui peut induire aussi une économie de coût significative.

Des freins qui se résorbent

Les freins au déploiement de la VR sont parallèlement en train de se résorber. Pour beaucoup, le principal a longtemps été le coût perçu comme trop onéreux. Or l’offre s’est grandement démocratisée et des formules avec du matériel bon marché se développent (les Cardboard en carton qui s’utilisent avec n’importe quel smartphone ou le Samsung Gear VR plus perfectionné qui ne fonctionne qu’avec des téléphones Samsung). Ces dernières peuvent parfaitement suffire pour des vidéos 360°, des quizz et questionnaires à choix multiples pour voir les conséquences de ses choix en situation d’apprentissage.
Les casques plus évolués (comme Microsoft Hololens, le HTC Vive ou Oculus) offrent quant à eux des fonctionnalités plus poussées.  La réalité augmentée pour le premier et la technologie 3D en temps réel avec la possibilité de déplacements dans l’espace pour les secondes. Pourvus de manettes, elles offrent une possibilité d’interaction avec l’environnement accrue, comme celle de ramasser ou de manœuvrer des objets. L’avenir est d’ailleurs aux développements de ces objets traqués, voire de combinaisons autonomes.

Une technologie aussi pour les PME

Loin d’être cantonné aux grands groupes, l’intérêt pour la réalité virtuelle gagne les PME de moins de 500 salariés qui représenteraient 24 % du marché. Si on y ajoute les entreprises de taille intermédiaire qui ont entre 500 à 1000 salariés, c’est 39 % des entreprises  qui seraient intéressée par cette technologie selon une étude de marché récente. En résumé, de nombreuses entreprises savent que la VR représente l’avenir et sont convaincues qu’il faille la développer. Toutefois elles ne savent pas encore comment l’utiliser. Un problème qu’un meilleur accompagnement devrait pouvoir résoudre.    

Cécile Josselin 

Vous souhaitez être accompagné(e) dans la mise en place d’un projet de réalité virtuelle dans votre entreprise ? Contactez notre équipe d’ingénieurs pédagogiques