Formation et salariés : des dispositifs encore méconnus !

Par , le 22/06/2015

Quelque soit la forme de son contrat de travail, le salarié peut se former en tout ou partie pendant son temps de travail. Cependant, certaines enquêtes ont démontré que la plupart des salariés ont des connaissances minimes de l’ensemble des dispositifs de formation existants. Cette méconnaissance est due en grande partie à un manque de communication de l’entreprise car ces dernières ne s’investissent pas dans l’information favorisant l’employabilité de leurs salariés afin qu’ils deviennent acteurs de leur parcours professionnel.

Sensibiliser le personnel à la formation professionnelle

Avec la loi du 5 mars 2014, la responsabilisation de chacun est de plus en plus mise en avant et renforcée au regard de la mise en œuvre du concept de formation tout au long de sa vie. Cependant, la plupart des salariés ne connaissent pas les dispositifs de formation et plus particulièrement leurs droits et devoirs en matière de formation. En réalité, les dispositifs sont connus mais pas leur fonctionnement. En effet, les entreprises n’informent les salariés que de manière superficielle et le DIF en est un exemple puisque il a été un échec.

Est-ce que le droit à la formation suscite peu d’intérêt dans les entreprises ?

Par conséquent, il est fortement conseillé à l’employeur d’informer ses salariés des dispositifs de formation par exemple à partir d’une note d’information ou par le biais d’une campagne d’affichage. Il est important d’informer activement tous les acteurs de l’entreprise. Il peut s’appuyer des représentants du personnel pour l’accompagner dans cette communication. Il est également judicieux de collaborer avec son OPCA pour réaliser des présentations en entreprise des différents modes d’accès à la formation.

La présentation du bilan de compétences, du CIF ou encore de la VAE est un atout pour le développement des compétences des salariés. Cela permettra de susciter des demandes et de connaitre les attentes du personnel pour alimenter l’analyse sur les besoins individuels et collectifs de formation.

Les enjeux pour l’entreprise sont multiples :

  • la fidélisation et l’engagement du personnel ;
  • l’impact sur l’image de marque de l’entreprise

Attention : si l’employeur est en principe tenu d’informer ses salariés des différents dispositifs de formation, il n’est pas tenu de leur assurer un changement de poste ou une augmentation de salaire à l’issue de la formation.

Les différents modes d’accès à la formation

L’accès des salariés à des actions de formation professionnelle est assuré par :

  • le plan de formation : l’employeur peut planifier des formations dans l’année ou sur une période plus longue. Il lui incombe donc de financer la formation et de maintenir la rémunération et la protection sociale du salarié ;
  • la mobilisation du CPF : c’est un dispositif qui s’est substitué à l’ancien DIF et qui permet de suivre une formation certifiante ou qualifiante ;
  • le CIF :un droit qui permet au salarié de suivre une formation de son choix, pour lui permettre d’accéder à un niveau de qualification supérieur, de changer d’activité ou de métier, ou plus largement de s’ouvrir à la culture et à l’exercice de responsabilités bénévoles ;
  • le bilan de compétences : il permet d’analyser le parcours d’un salarié selon différents angles de vue. Il est réalisé par un cabinet habilité ;
  • les périodes de professionnalisation favorisent le maintien dans l’emploi de salariés en situation de fragilité face à l’emploi, en leur permettant d’acquérir une qualification ou encore de participer à une action de formation, définie comme prioritaire par la branche professionnelle ;
  • le conseil en évolution professionnelle : c’est une aide gratuite mise à la disposition des salariés pour favoriser leur évolution professionnelle et sécuriser leur parcours professionnel. Ce conseil est dispensé par des opérateurs régionaux.

Formations sur le même sujet :