Formation : la France se distingue de ses voisins européens

Par , le 30/04/2013

À l’heure où la question de l’apprentissage est au cœur des discussions et alors que le chômage atteint des taux record, le regard des salariés et des professionnels de la formation en France continue d’évoluer. Il en ressort plusieurs divergences en comparaison des autres pays européens.

Une vision de la formation professionnelle différente entre salariés et DRH

Group of businesspeople having a meeting.Même si la situation économique suscite de nombreuses inquiétudes, notamment dans le domaine de l’emploi, la formation professionnelle reste un domaine en lequel les salariés continuent de croire en Europe. Selon les derniers chiffres disponibles, ils sont même 94 % à être satisfaits voire même très satisfaits des formations suivies, y compris en France.

Cette donnée est dans le même temps contrastée par l’avis des DRH. En métropole, les formations sont en effet de moins en moins souvent jugées efficaces dans le développement des compétences professionnelles. À l’opposé, en Europe, la profession est, elle, beaucoup plus optimiste. Pour preuve, au Royaume-Uni, les responsables des ressources humaines sont 40 % à afficher un avis très positif concernant l’utilité des formations en entreprise.

Le rôle clé du manager dans la formation professionnelle

Un autre point est également contrasté entre l’Europe et la France : le rôle des managers concernant le domaine de la formation. Ainsi, 50 % des employés européens citent ces professionnels comme sources d’information privilégiées sur la formation professionnelle, alors que les avis en France reflètent davantage l’appréciation modérée des managers au sein de l’entreprise.

Ainsi, seuls 41 % des salariés français leur reconnaissent un rôle dans le choix des formations, préférant le conseil du DRH ou du responsable de formation. Ces professionnels ne sont également que 16 % dans l’Hexagone à procéder à des entretiens individuels pour définir les objectifs d’apprentissage, ou à organiser un débriefing de formation.

Cet élément pointé du doigt par les employés risque donc d’imposer, dans les prochains mois, de nouvelles mesures au sein des entreprises françaises pour redonner à la formation toute sa place et ainsi servir, comme il se doit, la compétitivité.