Former aux compétences de demain

Par , le 14/04/2016

Il y a encore quelques années, la valeur d’une entreprise se mesurait par sa capacité financière et plus précisément par les résultats obtenus. Aujourd’hui et avec la réforme sur la formation professionnelle de mars 2014, la formation est indéniablement l’outil primordial pour assurer la viabilité de l’entreprise. Cependant, comment assurer les compétences et comment se dessinera le monde professionnel de demain ? Et surtout quelles sont les priorités pour le développement des compétences de demain ?

La préoccupation actuelle : se former vers les métiers d'avenir

A l'heure actuelle, les entreprises n'ont pas encore toutes conscience qu'il faille impérativement former les salariés aux compétences de demain et surtout former en permanence !

En effet, les compétences constituent un trésor détenu par tous et leur association détermine la valeur des organisations de travail.

Néanmoins, les salariés sont souvent considérés comme des consommables et c'est une énorme erreur !

Gérer son entreprise et la rendre viable, c'est faire en sorte d'analyser profondément son environnement. A cet effet, la question primordiale que de nombreuses entreprises se posent depuis quelques temps est la suivante : comment anticiper sur les compétences dont elle aura besoin demain ?

Les compétences se construisent au fur et à mesure ! Evidemment que l'école est le meilleure mode d'apprentissage mais la formation permet à la fois d'approfondir ses connaissances mais surtout de s'adapter aux changements et aux technologies de demain. Pour cela, l'entreprise doit accompagner ses collaborateurs !

Par ailleurs, pour entretenir et faire grandir les compétences de ses collaborateurs, l'entreprise doit suivre un processus d'adaptation et de formation continue présentant autant de défis que d'opportunités d'innovation.

 

Les compétences clés indispensables du travail de demain

Les nouvelles technologies poussent les collaborateurs à développer leurs compétences. Toutes les entreprises doivent mettre en place une stratégie d'apprentissage permettant d'appréhender les changements de demain.

Par ailleurs, de nouveaux phénomènes ont fait naître ces dernières années sept compétences clés, qui seront utiles dans tous les domaines et dont les collaborateurs auront besoin tout au long de leur vie professionnelle. On peut y trouver :

  • la navigation sur Internet : cela consiste à pouvoir s'y retrouver et trouver rapidement la « bonne » information au « bon » endroit. On parle d'« exploration du net ». En effet, il faut savoir chercher ce que l'on veut et connaitre les meilleurs moyens de trouver la réponse la plus adéquate ;
  • l'utilisation des outils informatiques : il s'agit de la compétence première recherchée par toutes les entreprises et qui s'acquiert dès l'école. Aujourd'hui, si un collaborateur veut rester « in », il doit pouvoir maitriser les logiciels informatiques et surtout apprendre le « code informatique ».
  • l'adaptabilité et l'innovation : il s'agit de pouvoir travailler avec la robotique. De plus, apprendre à travailler avec de nouvelles cultures, de nouvelles personnes et avec les diverses évolutions est devenu primordial pour faire face aux changements de demain ;
  • le travail collaboratif : il faut savoir écouter, communiquer et surtout partager. Par ailleurs, savoir travailler à distance pourra être source de développement des compétences ;
  • la multi-spécialisation : les collaborateurs devront utiliser toutes les formes de formation ;
  • l'utilisation des réseaux sociaux : ce sera un facteur clé de réussite de l'employabilité des collaborateurs ;
  • la créativité : c'est la possibilité d'apporter un regard neuf sur les nouvelles choses.

 

Comment les entreprises doivent s'y prendre ?

Actuellement certaine entreprise ont peine à combler leurs besoins. Cette situation est accentuée par l'émergence de technologies du futur qui forcent les entreprises à s'adapter rapidement et à revoir leur modèle d'affaires ainsi que leur approche pour rester productives et compétitives.

Notez-le : il faut impérativement être prêt pour les compétences de demain !

Par ailleurs, il est primordial de mettre en place une échelle de développement des collaborateurs pour ne pas tomber en désuétude.

Attention : il faut tenir compte de l'évolution des formes d'emploi mais aussi de l'employabilité. En effet, au-delà de la simple question de la formation professionnelle, il faut également tenir compte de l'évolutivité.

L'idée étant de sortir du diplôme obtenu et de laisser place par exemple à la communication, à la négociation, l'esprit d'équipe, l'intuition, la capacité à persuader ou encore l'audace. Ce sont des éléments qui permettront d'avancer dans le parcours professionnel et qui surtout sont facilement transférables. En effet, cela permet de mieux anticiper les besoins de demain en termes de compétences.

Les entreprises ont plutôt tout intérêt à s'attarder sur des autodidactes ou des personnes opérationnelles immédiatement ayant le sens commercial, présentant de nombreuses qualités décisives qu'on appellera « compétences transversales », que de tenir compte simplement du diplôme acquis.

Certes, le recrutement et la formation sont indéniables et complémentaires. L'objectif pour les entreprises est surtout de pouvoir prendre des risques. C'est ce qui permet finalement d'anticiper un futur non maitrisé parce qu'il est imprévisible.

La priorité des priorités pour l'entreprise est la possibilité de s'adapter à un changement de contexte. Par exemple, la culture digitale et le domaine des data analytics sont deux domaines omniprésents et les dirigeants ne sont pas prêts actuellement à faire face à ces phénomènes.

Attention : l'anticipation des besoins doit être développée.

Se former aux compétences de demain est un travail collaboratif entre les collaborateurs et l'entreprise. Mais la réflexion n'est pas si simple. Affaire à suivre…

Catégories de l'article :

Formations sur le même sujet :