Interview : je ne suis pas Responsable Formation, mais je gère les besoins des salariés de mon entreprise !

Par , le 21/03/2016

De plus en plus de TPE embauchent sur les métiers RH, que ce soit pour la gestion administrative, comptable ou pour le recrutement. Pendant longtemps, ces missions étaient confiées au Dirigent ou au service comptable/financier, puis grâce à de nombreuses obligations les postes RH ont trouvés leur essor au sein des entreprises.

Je ne suis pas RF interviewAujourd'hui avec la réforme de la formation professionnelle, nous tendons à nous retrouver dans la même situation passée. C'est-à-dire, face à une gestion de la formation qui est réalisée par une personne pour laquelle ce n'est pas son métier, ni ses missions premières. Alors, comment la formation est-elle gérée par une personne non initiée ?

Monsieur Prudhomme, Chef d'entreprise de la TPE Age d'Or Services spécialisée dans le service aux personnes âgées ou en situation de handicap, nous explique comment il intervient sur la partie formation. L'entreprise existe sur Argenteuil depuis 16 ans  et compte aujourd'hui près de 12 salariés en IDF. Monsieur Prudhomme répond à nos questions sur la gestion des besoins en formation de ses salariés, ses obligations et ses difficultés.

 

Quel budget représente la formation professionnelle aujourd'hui au sein de votre entreprise ? Pouvez-vous nous faire un petit bilan de l'année passée.

Nous avons un petit budget pour la formation continue de nos salariés, il est de 1500€ et pourtant nous ne le dépensons pas totalement.

En effet en 2015, nous n'avons utilisé que 500€. Avec la problématique de remplacement que cela représente deux personnes sont tout de même parties en formation.

L'une de nos salariés, à notre initiative est partie sur une formation Gestes et Postures afin de l'aider à mieux se préserver lors de ses interventions parfois assez physique auprès de nos clients et l'autre personne sur un module consacré à l'évaluation des situations de vie des personnes âgées afin de l'accompagner sur ce public très spécifique à gérer au quotidien.

A ce budget formation, nous pourrions rajouter l'utilisation de la taxe d'apprentissage car nous avons décidé d'accueillir une apprentie en BTS comptabilité jusqu'en juin 2016.

 

Comment gérez-vous les demandes de vos salariés ? Avez-vous une aide en interne ou en externe pour traiter ces demandes ?

Chaque année, je réalise les entretiens de développement et au cours de celui-ci les salariés sont amenés à exprimer leurs besoins en formation et exposer leurs demandes éventuelles. Souvent, il arrive avec une idée précise, à nous de la prendre en compte pour l'année. Il nous arrive également de leur faire des propositions afin d'améliorer leur quotidien de travail (surtout au regard de la pénibilité) ou encore de les faire monter en compétences sur une thématique précise par exemple la prise en charge du patient atteint de la maladie d'Alzheimer.

Une fois la collecte terminée, nous étudions en interne (planning) et avec la personne ressource de la Franchise Age d'Or services la faisabilité de ses demandes. Nous sommes accompagnés grâce à la mise à disposition d'un catalogue de formations et des tarifs négociés.

 

A votre avis, est-ce que vous êtes en capacité de répondre à toutes les demandes de vos salariés ? (Oui, non, partiellement et pourquoi)

Partiellement, car notre OPCA (Agefos PME) a défini des priorités qui ne répondent pas à nos besoins.

Ainsi, nous aurions besoin de faire des formations au permis de conduire afin que nos salariés qui se déplacent en permanence gagne du temps. Mais notre collecteur comme notre branche d'activité considèrent que cela n'est pas une action de formation prioritaire.

Pour les autres demandes, je suis en capacité de faire des recherches et de répondre à mes salariés si l'organisation du travail n'en est pas trop perturbée. En effet, chaque ressource est affectée au plus juste à des missions et la remplacer est parfois très problématique car nos clients sont habitués à la personne qui les prend en charge lors de son suivi au quotidien.

 

Avez-vous connaissances des obligations en termes de formation sur votre secteur d'activité ? Si oui, par quel vecteur. Si non, faites-vous de recherches régulièrement ou seulement lorsque vous êtes sollicité ?

J'ai une information régulière de la part du réseau de Franchise auquel j'appartiens.

Ils nous communiquent les informations quant à la réforme, aux formations les plus demandées ou encore aux prestataires référencés auquel nous pouvons faire appel.

Il m'arrive également d'être en veille grâce à la presse spécialisée du Service à la personne.

 

Au regard de la réforme et de ses nouvelles obligations, pensez-vous être en mesure de faire face en interne ? Ou avez-vous pensé externaliser la gestion de la formation ?

Je ne peux faire face à toutes ces modifications règlementaires qu'en fonction du temps disponible que je peux avoir ou que je dois y consacrer.

J'externalise au maximum la gestion de la formation à mon OPCA que ce soit pour la gestion de mon budget ou le financement des formations. Ils gèrent également par partie administrative comme la convocation des salariés, ce qui me fait gagner du temps.

Je suis également accompagné par mon réseau de franchise qui gère un volume très important de demandes, ils sont donc plus au fait que je ne peux l'être.

 

Que pensez-vous de la mise en œuvre obligatoire des entretiens professionnels ? Comment allez-vous organiser ces temps d'échanges ? Est-ce que cela aura un impact selon vous dans votre activité ?

La mise en œuvre des entretiens professionnels fait partie de la norme NF de mon réseau de franchise, je dois donc m'y soumettre sans faute en plus de la partie obligatoire liée à la réforme de la formation professionnelle. Je m'efforcerai de faire ces entretiens tous les deux ans avec une mise en œuvre cette année.

C'est l'occasion de « sortir le nez du guidon », de relativiser les activités et surtout d'échanger sur la motivation de nos salariés dans un secteur d'activité éprouvant au quotidien. Ce sera également un moment d'échanges et de partages qui n'est pas facile au quotidien. Bien entendu, il va falloir trouver le moment idéal qui ne perturbera ni l'activité ni le service auprès de nos clients.

Avec un effectif de 12 personnes, il est difficile de parler d'évolution de carrière, mais, j'essaie de prendre en compte les demandes et les aspirations de chacun en fonction des opportunités de missions qui se présentent.

Certaines évolutions peuvent donner l'occasion de développer des compétences sur le terrain, par l'accompagnement de salariés plus expérimentés par exemple.

Formations sur le même sujet :