L’anglais, un apprentissage encore trop peu maîtrisé en entreprise

Par , le 29/10/2013

Les connaissances en anglais des travailleurs français n’ont guère beaucoup évolué ces derniers mois, à l’inverse des exigences des entreprises. Un écart qui se creuse progressivement et crée de nouvelles distensions entre les attentes lors des embauches et les connaissances des candidats.

La mauvaise maîtrise de l’anglais oral 

Actualités : L’anglais, un apprentissage encore trop peu maîtrisé en entreprise - Tissot FormationLes chiffres renvoient toujours aux mêmes données année après année. Ainsi, l’apprentissage de l’anglais, ou plus largement des langues vivantes, reste la bête noire des Français avec seulement 10 % des salariés qui en ont la maîtrise.

Difficulté de compréhension ou à s’exprimer, les indicateurs demeurent dans le rouge concernant cet apprentissage. Si l’écrit s'avère plus accessible, que ce soit dans la rédaction d’un courrier ou d’une note dans la langue de Shakespeare, c’est bien l’oral qui fait le plus défaut, avec 1 salarié sur 2 qui reconnaît s’être un jour retrouvé en difficulté au cours de sa carrière, notamment pour répondre aux appels téléphoniques ou pour prendre la parole en réunion. Un paradoxe lorsque l’on compare ces données à celles des attentes des entreprises. 

Le TOIEC, un préalable indispensable à toute embauche ?

En effet, les employeurs sont aujourd’hui 70 % à vouloir le recrutement de collaborateurs parlant anglais, en faisant une compétence indispensable pour leur activité. C’est ce que révèle le deuxième baromètre de Wall Street Institute. Les recruteurs sont d’ailleurs de plus en plus exigeants en demandant aux candidats de s’exprimer en anglais lors d’un entretien d’embauche.

 Ils sont aussi de plus en plus nombreux à exiger la présentation d’un test d’anglais, parmi lesquels le TOIEC. Cela permet de convoquer aux entretiens d’embauche des candidats respectant ce critère de langues. Celui-ci évalue à la fois les aptitudes orales et écrites et se passe directement en institut. Il est valable pour une durée de 2 ans.

La formation en anglais, toujours très demandée

La prise de conscience est tout aussi importante du côté des salariés qui sont de plus en plus nombreux à faire la demande de formations professionnelles en langues, notamment dans le cadre du DIF. Celui-ci est sollicité à plus de 54 % pour ce type d’apprentissage et permet de réviser les bases ou d’approfondir certaines connaissances.

Les professionnels, quant à eux, préconisent davantage le suivi d’un apprentissage en centre de formation plus long, sur 1 an, et faisant la part belle à l’oral.

Au 1er janvier 2015, le compte personnel de formation remplace le DIF. Découvrez ce qui va changer :

Compte personnel de formation : comment le salarié peut-il mobiliser son compte ?

Compte personnel de formation : comment est-il alimenté ?

Compte personnel de formation : qu’advient-il du DIF ?

Compte personnel de formation : qui prend en charge la rémunération du salarié en formation ?

Compte personnel de formation : quelles sont les formations éligibles ?

 

> Découvrir le dossier complet

 

Téléchargement gratuit :

TéléchargementTéléchargez notre dossier complet sur la réforme de la formation professionnelle

Formations sur le même sujet :