L’inventaire des certifications s’organise

Par , le 23/02/2015

Parmi les travaux restant à mener dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle figure la publication de l’inventaire des certifications. Celui-ci, confié à la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), va permettre l’élaboration d’une liste organisée des formations éligibles au CPF.

Actualité : L’inventaire des certifications s’organise

La publication de l’inventaire des certifications ne serait qu’histoire de jours… ou de quelques semaines. Le CNCP vient d’annoncer sa prochaine mise en route, publiant il y a peu le guide provisoire de l’utilisateur. Son intérêt est grand chez les professionnels, cet outil devenant nécessaire à la rédaction des listes de formations entrant dans le cadre du compte personnel de formation.

Trois catégories ont d’ores et déjà étaient définies avec, en catégorie A, les certifications et habilitations intégrant une obligation égale et réglementaire pour exercer, par exemple les habilitations électriques ou le CACES. La catégorie B, elle, va rassembler les certifications demandées le plus souvent par les entreprises pour occuper certains emplois. C’est le cas notamment des certifications informatiques. Enfin, la catégorie C se définit par « l’utilité économique ou sociale », c’est-à-dire des certifications qui viennent contribuer à appuyer la connaissance des tâches confiées, à l’image des missions de tutorat qui bénéficient d’une certification.

Les langues, grandes oubliées des premières listes de formations ouvrant droit au CPF, font leur retour parmi les apprentissages admis. Intégrées très certainement à la catégorie B de l’inventaire, elles vont même faire partie des priorités. Les certifications déjà inscrites sont d’ailleurs le test TOEIC d’anglais et le BULATS (Business language testing service) pour l’anglais, mais aussi l’espagnol et le français.

La version 3 de la liste des formations admises – la liste nationale interprofessionnelle (LNI) – est quant à elle attendue pour mai ou juin. Celle-ci devrait permettre à 75 % des salariés de bénéficier d’une liste de formations rattachée à leur branche métier, contre 40 % dans la deuxième version de la liste des formations éligibles au CPF.

Formations sur le même sujet :