La FFP entre dans le débat présidentiel

Par , le 06/04/2012

La campagne présidentielle a rarement donné autant l’occasion de parler de formation professionnelle. La faute à l’état actuel de l’emploi. Pour tenter d’y remédier et permettre à chaque salarié de bénéficier d’heures de formations tout au long de leur carrière, la Fédération de la formation professionnelle vient d’adresser ses propositions aux candidats à la présidentielle.

Former les salariés, une priorité

FFP12 millions de salariés bénéficient d'une formation chaque année. Ce chiffre, aussi important soit-il, s'avère pourtant insuffisant pour permettre à chaque personne en activité de bénéficier de formations en vue de mieux orienter leurs connaissances professionnelles et répondre aux nouveaux besoins.

C'est ce qu'a rappelé la FFP, la Fédération de la formation professionnelle, dans son communiqué à destination de chacun des candidats à l'élection présidentielle. L'occasion de rappeler l'importance de se former tout au long de sa vie professionnelle.

Une proposition en trois points en faveur de la formation professionnelle

Une bonne formation est en effet, souvent, l'assurance de mettre toutes les chances de son côté pour trouver un emploi.

Aussi, pour y parvenir, la FFP a fait trois propositions aux candidats :

  • La création d'un compte épargne formation pour permettre à chaque salarié d'accéder à des sessions de formation tout au long de sa vie professionnelle ;
  • La mise en place du droit universel à l'alternance (pour garantir aux jeunes de se former à un métier dans les meilleures conditions, tout en bénéficiant de revenus ;
  • La reconnaissance des opérateurs privés de formation professionnelle comme étant des acteurs à part entière dans le secteur de la formation à vocation de création d'emploi.

La formation et les programmes présidentiels

Les deux principaux candidats à l'élection présidentielle ont tour à tour inclus cette question de la formation professionnelle dans leur programme.

Ainsi, Nicolas Sarkozy a annoncé, en cas de nouvelle élection, la mise en place d'un comité national de la formation. Son programme comprend également l'obligation pour les chômeurs de se former à un métier qui recrute et à accepter les offres d'emploi afférentes.

Pour François Hollande, l'accent est en revanche mis sur la formation des jeunes sans diplôme avec un programme qui prévoit l'octroi de 20 heures de formation par an.