La formation en constante évolution en Europe

Par , le 12/09/2013

La dernière enquête sur la formation professionnelle menée en Europe, et relayée par le CEREQ, montre une évolution à la hausse du nombre de formations dans l’ensemble des pays. Dans le même temps, les écarts persistent concernant l’approche de chaque apprentissage.

De plus en plus de salariés européens formés

L’évolution est désormais bien marquée : depuis 10 ans, le nombre d’entreprises ayant recours à la formation professionnelle a connu une progression constante selon l’enquête européenne CVTS régulièrement menée depuis 2000. De 58 % en 1999, ce taux est passé à 66 % en 2010. Ainsi, la formation s’impose progressivement, même si les solutions choisies restent bien différentes d’un pays à un autre.

Deux idées s’opposent le plus souvent, celle de la formation par cours et stages, et celle utilisant de nombreuses autres solutions incluant l’auto-formation, la formation par séminaires de travail et ateliers ou encore celle en situation de travail. C’est cette dernière option qui est la plus souvent adoptée dans les pays identifiés comme étant les plus grands formateurs, à savoir le Royaume-Uni, la Suède, l’Allemagne, la République tchèque et la Slovénie. Dans ces États, toujours selon l’enquête CVTS, 44 % des salariés sont formés par cours et stages, 28 % en situation de travail et 17 % par le biais de cercles d’enseignement et de qualité.

La formation professionnelle en France

Toutefois, sur l’ensemble des pays européens ayant participé à l’étude, la part de cours et stages reste majoritaire avec 38 % des salariés ayant été formés par ce biais, contre 21 % pour la formation en situation de travail, deuxième solution la plus employée.

La France, qui s’est déjà distinguée de ses voisins européens dans sa vision de la formation professionnelle, appartient  au groupe d’États considérés comme très formateurs, avec également l’Espagne, de l’Italie et du Benelux. Ces pays privilégient d’ailleurs l’utilisation principale de la formation par cours et stages avec un taux de 60 % d’entreprises y ayant recours.

Une autre constante se vérifie au fil des ans : les sociétés de plus de 250 employés restent les plus grandes formatrices avec 46 % de leur personnel formé contre 25 % dans les entreprises de 10 à 49 salariés.