La formation en première ligne dans la gestion des talents

Par , le 02/04/2015

Les talents représentent aujourd’hui plus un potentiel qu’une source de performance pour les entreprises françaises. Une évolution à l’opposé des résultats précédemment relevés concernant la gestion des talents. Le deuxième baromètre réalisé sur ce domaine par l’ANDRH, Féfaur et Cornerstone OnDemand met aussi en avant le rôle de la formation professionnelle parmi les outils d’évaluation.

Actualité : La formation en première ligne dans la gestion des talents

Les talents se tournent vers l’avenir. C’est en substance ce qui ressort des résultats du dernier baromètre sur la gestion des talents dans les entreprises françaises. Aujourd’hui, ceux-ci sont en effet perçus comme des potentiels dans chaque structure, avec des possibilités importantes d’évolution. Cela se traduit également par une vision beaucoup plus élitiste, envisagée d’abord comme une façon d’atteindre les postes les plus élevés, et non au niveau global, sur tous les niveaux hiérarchiques.

Dans le même temps, 71 % des interrogés considèrent la gestion des talents comme un élément essentiel, au centre de la performance de l’entreprise. Pour cela, les budgets qui y sont dédiés prennent différentes orientations avec, en premier lieu, l’importance accordée dans ce sens aux actions en formation professionnelle. Ce choix est retenu par 78 % des sondés, loin devant l’évaluation des talents (36 %) et les actions d’engagement et de reconnaissance (35 %).

Plus globalement, 60 % des entreprises pratiquent aujourd’hui la gestion des talents, et 57 % le font depuis plus de 3 ans.

Une autre information apparaît dans cette étude : 45,5 % des DRH consacrent moins de 10 % de leur temps à ces travaux. Un chiffre en évolution, qui demande encore à progresser pour une meilleure prise en compte de cet élément dans l’entreprise, et surtout à tous les niveaux, à l’inverse de la vision dont les professionnels en ont actuellement…