La formation professionnelle désormais sans ministre délégué

Par , le 21/03/2013

La récente démission de Jérôme Cahuzac au ministère du Budget a eu un effet inattendu sur la branche formation au sein du gouvernement. En effet, Thierry Repentin, jusque-là ministre délégué à la Formation professionnelle est promu à d’autres fonctions, tandis que son non-remplacement a été annoncé.

Un mini-remaniement ministériel qui influe sur la formation professionnelle

Quasiment 9 mois jour pour jour après son entrée en fonction, Thierry Repentin quitte son poste de ministre délégué à la Formation professionnelle. Il se voit en effet confier le portefeuille des Affaires européennes en lieu et place de Bernard Cazeneuve, lui-même successeur de Jérôme Cahuzac au ministère du Budget. 

À ce jeu des chaises musicales, c’est donc la formation professionnelle qui se retrouve orpheline de son ministère délégué, le gouvernement ayant précisé, dès le 19 mars, le non-remplacement de Thierry Repentin. C’est donc le ministre de tutelle, Michel Sapin, qui va reprendre le portefeuille, seulement quelques semaines après l’annonce, par François Hollande, du lancement d’une vaste réforme de la formation d’ici fin 2013.

La formation professionnelle : un budget de 32 milliards d’euros

Aujourd’hui, ce sont près de 32 milliards d’euros qui sont consacrés chaque année à la formation des salariés et demandeurs d’emploi. La réforme annoncée, et qui sera donc entièrement menée par le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, prévoit une meilleure organisation de la filière, tout en souhaitant privilégier les formations destinées aux chômeurs.

Cette réforme devrait être organisée en liaison avec le projet de loi sur la décentralisation afin de confier aux régions la mise en place d'actions à destination de ce public, mais également des jeunes. Une évolution qui fait suite à la création récente des emplois d’avenir et des contrats de génération.

Catégories de l'article :