La génération Y, désormais intégrée dans les entreprises

Par , le 14/03/2013

La génération Y fait parler d’elle depuis plusieurs années, notamment avec son arrivée sur le marché du travail. Faisant suite à la génération X, les « Yers », nés entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, ont longtemps été perçus, côté management, comme s’intégrant difficilement à l’organisation d’entreprise. Mais qu’en est-il désormais ?

L’évolution dans l’entreprise de la génération Y

Un rapport au travail différent, un accès aux nouvelles sources d’information plus aisé, Il n’en fallait pas davantage pour être à l’origine de conflits générationnels jusque dans l’entreprise. Ainsi, la génération Y a imposé à chaque manager de revoir sa façon de mener son équipe pour une intégration réussie. Après les difficultés du début, ces nouveaux travailleurs sont désormais bien présents dans un monde du travail qui les a également obligés à s’adapter à son mode de fonctionnement.

Derrière un volontarisme marqué et une idée du travail précis, ces jeunes semblent aussi aujourd’hui avoir revu, au moins temporairement, leurs revendications salariales pour se montrer lucides sur l’état du secteur de l’emploi. Ainsi, selon une enquête menée en 2012 par le cabinet d’audit Pwc, 36 % des jeunes appartenant à cette génération indiquent avoir accepté un poste avec un salaire inférieur à leur souhait et 22 % travailler dans un domaine différent que celui envisagé. Mieux, 19 % avouent occuper un poste sous-qualifié par rapport à leur niveau de formation

La génération Y adepte de la formation pour développer ses compétences

Cette adaptabilité n’en cache pas moins une relation à l’entreprise bien différente des générations précédentes. Tandis que ces dernières étaient liées à leur société, les « Yers » ont, eux, la conscience que leur avenir professionnel passera obligatoirement par plusieurs structures. De ce fait, s’ils sont travailleurs, c’est aussi souvent les valeurs du donnant-donnant vis-à-vis de l’employeur qui sont instaurées, une idée jusque-là rarement mise en avant. 

Une autre notion apparaît clairement dans leur vision de l’emploi, celle de l’évolution. Pour cela, la génération Y privilégie avant tout la formation professionnelle. Selon l’enquête menée par Mazars et l’association WoMen’Up, ces nouveaux travailleurs sont ainsi 55 % à envisager de se former tout au long de leur vie pour pouvoir se préparer à d'autres emplois, des idées qui ne sont pas sans rappeler les volontés gouvernementales actuelles, notamment dans le cadre de la réforme de l’emploi et de la formation envisagée… 

Catégories de l'article :