La GPEC peu à peu mise en place dans les PME

Par , le 22/08/2013

La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), obligatoire dans les entreprises de plus de 300 salariés, voit progressivement sa mise en place s’étendre aux PME. Cette initiative permet notamment de mieux planifier les compétences futures pour anticiper les besoins en formation.

Emplois et formations, définis en amont

WorkshopSi les stratégies d’entreprises se travaillent de plus en plus en amont, souvent pensées en termes de moyens, l’idée d’une réflexion sur les besoins en compétences commence doucement à se faire jour. Entrant dans le cadre de la GPEC, déjà obligatoire pour les sociétés de plus de 300 salariés depuis la loi de cohésion sociale de 2005, celle-ci fait progressivement son apparition dans les PME.

Ainsi, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, entrant dans les tâches confiées aux services des ressources humaines, permet d’anticiper, en même temps que les orientations futures, les besoins en hommes qui naîtront de cette évolution. Cela se traduit, notamment, par la programmation des formations professionnelles nécessaires pour commencer à former le personnel en place, tout en réfléchissant à la politique de recrutement à mener dans un futur proche.

Un nouvel élan pour la formation professionnelle

Cette réflexion sur les besoins à venir conduit au développement d’une nouvelle dynamique concernant la formation, associant le responsable des ressources humaines. Cela permet une avancée en douceur vers les nouveaux objectifs de la société, tout en anticipant la configuration humaine de l’entreprise dans les prochaines années, comprenant la planification des mobilités avec les mutations, les évolutions de poste ou même en tenant compte des demandes de congés sabbatiques, par exemple.

Cette idée est aujourd’hui reprise non seulement par les grands groupes, mais également par les moyennes entreprises, de plus en plus nombreuses à disposer d’un vrai service RH.

Formations sur le même sujet :