La pédagogie inversée, pour un modèle de formation repensé !

Par , le 09/02/2016

Renouveler les solutions d’apprentissage est devenu un travail quotidien pour les rendre toujours plus performantes. Et parmi les innovations de ces dernières années, figure la pédagogie inversée. Déjà existante depuis quelques années aux États-Unis, cette dernière intègre progressivement les enseignements supérieurs et désormais la formation professionnelle.

La transformation des apprentissages est aujourd'hui chose commune. En effet, elle franchit un cap supplémentaire avec la pédagogie inversée. Si la méthode n'est pas nouvelle, elle est, en revanche sous les feux des projecteurs depuis quelque temps, investissant tous les domaines d'apprentissage, comme par exemple le domaine scolaire ou encore la formation professionnelle. Ce système est de plus en plus populaire.

Il s'agit d'une approche pédagogique qui inverse les rôles traditionnels d'apprentissage appelée également « flipped classroom ». Il est à noter que dans le domaine de la formation professionnelle,  l'objectif est avant tout d'offrir une connaissance toujours plus pointue en revisitant la manière de transmettre les savoirs.

Concrètement, ce nouvel apprentissage modifie les habitudes et surtout la manière d'enseigner. Ce n'est désormais plus en présentiel que les apprentissages généraux et institutionnels se déroulent.

Chaque apprenant doit, dans cette démarche de pédagogie inversée, acquérir à distance des connaissances de base, jusque-là intégrées aux cours magistraux. Par la suite, il est possible d'approfondir les informations sur les sites de formation directement, en s'attardant sur des points précis ou un peu plus complexes. L'avantage réside dans le fait de personnaliser l'enseignement et de responsabiliser les étudiants. Par ailleurs, elle permet une mémorisation plus efficace.

Cette technique permet à la fois de confronter les apprentissages des personnes formées, et de profiter de la complémentarité de chacun. En revanche, elle demande une certaine autonomie au départ. La seconde phase d'apprentissage se révèle finalement, bien souvent, une source de motivation supplémentaire.

Cette approche aux contours encore floue repose à l'évidence sur l'usage des outils numériques et vise à éviter la dérive d'un enseignement trop magistral. Il semble que la pédagogie inversée soit devenue le crédo des grandes écoles et universités. Effet de mode ou enthousiasme pédagogiquement fondé ?

 

 

Formations sur le même sujet :