La VAE au cœur de la gestion du développement des compétences

Par , le 07/04/2014

La réforme de la formation facilite l’accès à la validation des acquis de l’expérience (VAE) et prévoit un accompagnement personnalisé pour les candidats. Ce dispositif devrait donc prendre de l’ampleur. Voici quelques éléments de compréhension et d’utilisation de cet outil d’avenir.

 La VAE au cœur de la gestion du développement des compétences  - Tissot Formation

La VAE, c’est quoi ?

Une validation de ses acquis …

La validation des acquis de l’expérience (VAE) permet à une personne de faire valider les acquis de son expérience.

… au moyen d’une certification

La VAE, au même titre que les voies scolaire et universitaire, l’apprentissage ou la formation continue, permet d’obtenir une certification, qui prend la forme d’un diplôme, d’un titre ou d’un certificat de qualification professionnelle, inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). 

La VAE, pour qui ?

Pour toute personne…

La validation des acquis de l’expérience est ouverte à toute personne engagée dans la vie active et qui souhaite une reconnaissance de son expérience, quels que soient son âge, sa nationalité, son statut et son niveau de formation.

Le bénéficiaire d’une VAE peut donc être salarié, non salarié, bénévole, avoir exercé des responsabilités syndicales ou occupé une fonction de conseiller municipal, de conseiller général ou de conseiller régional.

…qui justifie de 3 ans d’activité

Il suffit à la personne qui prétend à la VAE de justifier de 3 ans d’activité en rapport avec la certification visée.

La loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle entend au sens large cette notion d’activité. La loi prend en compte pour le calcul de l’expérience requise les périodes de formation initiale ou continue réalisées en milieu professionnel, les périodes d’activité suivies de façon continue ou non, les périodes en contrats aidés et le cumul d'activités sous différents statuts.  

La VAE, pourquoi ?

Pour anticiper les besoins en compétence…

La VAE favorise le développement personnel et professionnel des salariés, mais c’est aussi une opportunité et un outil stratégique pour l’entreprise.

La gestion des ressources humaines permet entre autres d’anticiper les besoins en compétences de l’entreprise soit par la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), soit par la formation de ses salariés, soit par des recrutements, etc.

L’entretien professionnel est la méthode privilégiée pour identifier les compétences, les potentiels, mais aussi les attentes des salariés, tout en dressant un bilan de l’année écoulée. L’entretien permet à l’employeur de construire avec le salarié son projet d’évolution professionnelle. C’est au cours de ces entretiens qu’un éventuel projet de VAE individuel ou collectif peut être évoqué.

La loi sur la formation professionnelle instaure un système d’entretiens professionnels réguliers, tous les deux ans, pour une anticipation efficace des besoins de formation à court et moyen terme.

…et répondre à son obligation de formation

La loi sur la formation professionnelle renforce l’obligation de formation pesant sur l’employeur, pour en faire une obligation de résultat.

Tous les six ans, au cours d’un entretien, l’employeur doit faire le bilan et vérifier que le salarié a bien passé ses entretiens professionnels. Il doit également  vérifier que le salarié a bien suivi une action de formation, obtenu une certification ou bénéficié d’une progression salariale ou professionnelle. Si au moins 2 de ces 3 critères ne sont pas remplis, l’employeur est passible de sanctions.

Notez-le : la sanction encourue est un abondement d’en principe 100 heures du futur compte personnel de formation pour les entreprises de 50 salariés et plus qui n’auraient pas respecté cette obligation.

La VAE permet d'obtenir, en totalité ou en partie, un diplôme, un titre ou un certificat de qualification professionnelle inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). C’est donc un formidable outil pour répondre aux nouvelles exigences imposées par la réforme.

Le salarié peut notamment bénéficier de la VAE dans le cadre du plan de formation de l’entreprise. 

La VAE, comment ?

Par un dossier complet…

Le candidat doit tout d’abord définir son projet de VAE de façon précise et cibler le diplôme qui correspond à son profil. Des structures de conseil (conseillers VAE du « point relais conseil » proches du domicile, Pôle emploi, Missions locales, etc.) sont disponibles pour guider la personne dans ses démarches. L’employeur peut  également l’accompagner dans cette démarche au cours de l’entretien professionnel.

Le candidat à la VAE remplit ensuite un dossier détaillant son expérience professionnelle et les compétences acquises. Un formulaire est disponible sur le site du ministère du Travail (CERFA 12818*01 : Demande de VAE pour accéder à un titre professionnel délivré au nom du ministre chargé de l’emploi).

Le dossier récapitule les formations suivies, les postes, moyens, responsabilités, activités et contraintes rencontrées. S'y ajoutent souvent une lettre de motivation, et une liste de preuves, notamment des attestations et recommandations d'employeurs.  Le dossier complet doit être déposé auprès d’un organisme certificateur, qui en examinera la recevabilité.

Ensuite, l’organisme qui délivre la certification professionnelle se prononce sur l’éligibilité et la recevabilité de la demande du candidat à la VAE, de façon à ce que son dossier puisse être présenté devant un jury.

…présenté devant un jury de professionnels

Le candidat dont le dossier a été déclaré recevable par l’organisme certificateur doit ensuite se présenter devant un jury composé de professionnels.

La loi sur la formation professionnelle permet dorénavant à toute personne dont le dossier est déclaré recevable de bénéficier d’un accompagnement dans la préparation de son entretien avec le jury. Les conditions de cet accompagnement seront définies par décret.

Le jury analyse les compétences du candidat sur la base de son dossier, voire par une mise en situation professionnelle. Il jauge également la motivation du candidat au cours de l’épreuve orale, qui dure environ une heure.

Le jury valide tout ou partie du diplôme visé. Les jurés peuvent valider de façon partielle en apportant des préconisations (cours supplémentaires, formations complémentaires…) destinées à ce que le candidat obtienne la totalité de son diplôme. 

La VAE, liens utiles

www.vae.gouv.fr

Documents à consulter

Validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2011
Note d'information n°12.31 - éducation nationale / enseignement supérieur et recherche - décembre 2012

Diplômes technologiques et professionnels : 21 000 dossiers VAE examinés en 2011
Note d'information n° 12.30, éducation nationale / enseignement supérieur et recherche - décembre 2012

Sites à consulter

Éduscol
Déposer un dossier : coordonnées des DAVA

France VAE 
Le réseau des dispositifs académiques de validation des acquis de l'expérience de l'Éducation nationale
Dates des réunions d'information dans les DAVA 

 

Découvrez notre dossier sur la loi de la formation professionnelle :

Les conditions pour bénéficier de la VAE

L'entretien professionnel obligatoire

Le plan de formation

Le compte personnel de formation (CPF)

Le financement de la formation professionnelle

> Découvrir le dossier complet

 

Téléchargement gratuit :

TéléchargementTéléchargez notre dossier complet sur la loi de la formation professionnelle

Formations sur le même sujet :