Le bilan de compétences : un enterrement discret ?

Par , le 10/08/2015

Remis en question dans sa forme actuelle, le bilan de compétences ne fait pas partie des dispositifs de la réforme sur la formation professionnelle. Un coup dur pour les centres de bilan qui pensent devoir mettre les clés sous la porte. Cependant, cela ne signifie pas pour autant la disparition du dispositif. Son avenir est actuellement en question.

Actualité : Le bilan de compétences : un enterrement discret ? - Tissot Formation

Le bilan de compétences a montré et démontré depuis longtemps son utilité pour définir son orientation professionnelle. Cependant, exclu de la loi du 5 mars 2014, il ne peut pas être effectué dans le cadre du CPF car il ne finance que des formations qualifiantes ou certifiantes, ce qui évidemment remet en question son financement.

En effet, dans le passé, un certain nombre de salariés utilisaient le DIF pour réaliser un bilan de compétences. Se pose donc la question de son financement. Aujourd’hui, il y a 2 possibilités : soit le salarié fait une demande de bilan de compétences sans en informer son employeur hors temps de travail, soit sur son temps de travail dans le cadre du plan de formation interne ou prise en charge par l’OPCA dont dépend l’entreprise.

A la place, la réforme nous propose de faire appel à des conseillers en évolution professionnelles dans le cadre d’un conseil en évolution professionnelle (CEP), qui lui est totalement gratuit. L’objectif est de permettre à toute personne de mieux identifier ses connaissances et compétences professionnelles afin de l’aider dans son orientation. On en déduit rapidement qu’il ressemble étroitement au bilan de compétences.

Mais énorme problème avec ce nouveau dispositif, ce ne sont pas les centres de bilan qui le dispensent mais des « opérateurs » régionaux d’où l’inquiétude des centres. A cela s’ajoute, la durée minime de la prestation. En effet, dans le cadre du CEP, elle est de 1 à 6 heures contre au maximum 24 heures pour la réalisation d’un bilan de compétences. Comment faire en 6 heures ce que l’on a l’habitude de faire en 24 heures ?

Aujourd’hui, les centres de bilan ont une position incertaine et il est donc difficile de connaitre l’avenir du bilan de compétences. Peut-être qu’il serait intéressant de l’articuler avec le CEP ! Réponse prochainement…