Le développement de la GPEC pour anticiper les emplois et les formations

Par , le 09/05/2014

Le management des compétences occupe aujourd’hui une place prépondérante dans chaque entreprise, permettant d’anticiper les futurs besoins d’emploi et former en conséquence pour conserver la compétitivité. Cette démarche peut aussi passer par un accord GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).

Le développement de la GPEC pour anticiper les emplois et les formations - Tissot Formation Une pénurie des emplois, des ressources mal exploitées, ces phénomènes sont de plus en plus fréquents dans les entreprises, conséquences des évolutions et restructurations désormais indispensables pour poursuivre l’activité. Arrivant souvent comme un couperet avec de nouvelles habitudes et compétences à adapter et développer en un temps réduit, il est pourtant possible d’anticiper les changements, notamment en développant la connaissance des ressources déjà présentes en entreprise. Une définition dédiée au management des compétences.

L’objectif pour le manager est alors de déceler et articuler les compétences disponibles qui permettront, par la suite, de réussir chaque migration. Cela passe notamment par l’adaptation des formations aux besoins futurs, tout en les faisant correspondre aux parcours professionnels de chaque salarié pour exploiter leurs connaissances, y compris celles développées hors de l’entreprise.

 

La formation professionnelle en tant que levier

Au travers du management des compétences, l’une des premières idées développées est la mise en place les formations avec l’idée de leur prolongement en entreprise, sur chaque poste de travail. Cette méthode, si elle a pour effet de recentrer les compétences et apprentissages, permet aussi de les développer.

Pour réussir cette transition des entreprises, plusieurs outils peuvent être utilisés, à commencer par la GPEC. Cette gestion prévisionnelle des emplois, en lien avec les ressources humaines, permet d’améliorer l’employabilité par le développement des compétences, et de prévoir les évolutions à venir dans chaque structure professionnelle. Cette solution, encadrée par la loi, s’associe le plus souvent à d’autres dispositifs tels que la VAE et le bilan de compétences et, dans les grands groupes, la possibilité d’envisager la mobilité professionnelle. 

 

Formations sur le même sujet :