Le DIF 10 ans après : un bilan en demi-teinte

Par , le 02/10/2013

Le DIF, Droit Individuel à la Formation, fêtera ses 10 ans le 4 mai 2014. Instaurée pour permettre aux travailleurs de développer leurs compétences dans le cadre de formations courtes, cette solution apparaît toutefois comme n’ayant pas réussi à s’imposer, tant dans les entreprises qu’auprès des salariés.

Au 1er janvier 2015, le compte personnel de formation remplace le DIF. Découvrez ce qui va changer :

Compte personnel de formation : comment le salarié peut-il mobiliser son compte ?

Compte personnel de formation : comment est-il alimenté ?

Compte personnel de formation : qu’advient-il du DIF ?

Compte personnel de formation : qui prend en charge la rémunération du salarié en formation ?

Compte personnel de formation : quelles sont les formations éligibles ?

 

> Découvrir le dossier complet

 

Téléchargement gratuit :

TéléchargementTéléchargez notre dossier complet sur la réforme de la formation professionnelle

Une formation courte encore peu utilisée

Le DIF 10 ans après : un bilan en demi-teinteSi les moyens en formation professionnelle ont été développés ces dernières années, leur utilisation est en revanche beaucoup plus sensible. Le Droit individuel à la formation est l’un des premiers à en avoir fait les frais. Créé en 2004 avec le CIF (Congé Individuel de Formation), autre solution de formation davantage dédiée aux apprentissages sur le long terme, il a ainsi difficilement trouvé son public.

Le Droit Individuel à la Formation n’a obtenu sa reconnaissance dans les entreprises que très récemment, freinant de fait son utilisation. En 2010, si 95 % des salariés connaissaient le dispositif selon les chiffres du Céreq, ils n’ont en revanche été que 6,5 % à en bénéficier, pour une moyenne de 22 heures.

En 2011, les chiffres ont même connu une baisse des demandes, avec seulement 5,2 % des employés ayant choisi d’en bénéficier.

Un remplaçant pour le DIF ?

Les chiffres du DIF se font aussi l’écho de la situation actuelle concernant la formation professionnelle en France. Ainsi, d’abord mis en place pour aider les publics les plus en difficulté, ce sont finalement les cadres et les salariés disposant d’un niveau de qualification élevé qui sont les premiers demandeurs.

De la même façon, tandis que 8,5 % des employés des sociétés de plus de 2 000 employés utilisent cette solution de formation, ce taux n’est plus que de 2 % dans les entreprises de 10 à 49 salariés.

Ce dispositif pourrait d’ailleurs ne pas fêter ses 10 ans. Largement inspiré de son principe, le Compte Personnel de Formation (CPF) devrait le remplacer au cours des prochains mois, en proposant une plus grande flexibilité. Par exemple, la transférabilité des heures est possible, y compris pour les salariés licenciés devenant demandeurs d’emploi

Formations sur le même sujet :