Le second rapport Attali au service de la formation professionnelle

Par , le 01/11/2010

Le 15 octobre 2010, la commission Attali a rendu au président Sarkozy un second rapport, qui complète celui rendu début 2008. La commission a souhaité mettre en avant dans ce document, l’emploi et la formation professionnelle.

Le rapport Attali souhaite que la formation professionnelle serve les transitions professionnelles

Dans le second rapport Attali remis à Nicolas Sarkozy le 15 octobre dernier, une proposition met en avant la formation professionnelle, la proposition 16. Dans cet article, les membres de la commission montrent les lacunes de la récente réforme de la formation professionnelle. Ainsi, la création du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels censé financer les chercheurs d'emploi et les salariés peu qualifiés, n'a qu'une vision partielle du terrain.

Ainsi, le rapport Attali prône la création de fonds régionaux centrés sur les chercheurs d'emploi, en plus du fonds national. « Ces fonds seraient autonomes dans leur mobilisation de la ressource par des subventions aux projets de formation en fonction des publics et des entreprises. ».

Le rapport Attali souhaite changer le principe du « former ou payer »

Aujourd'hui, le système oblige les entreprises « à dépenser en formation une fraction minimale de leur masse salariale (1,6 % pour les entreprises ayant au moins 10 salariés et 0,55 % pour les entreprises de moins de 10 salariés) », et de ne pas le dépasser.

Les membres de la commission Attali souhaite centrer le système sur deux nouveaux principes : garder le système « former ou payer », mais pour un montant beaucoup moins élevé, et offrir une subvention partielle pour les formations payées par les employeurs pour les salariés. Cette subvention « serait financé par un prélèvement au moins égal aux sommes actuellement dévolues pour le financement des formations longues, qualifiantes », comme le CIF. Ces principes amélioreraient ainsi le recours à la formation professionnelle.