Le tutorat, un dispositif largement méconnu !

Par , le 28/05/2015

Le tutorat est l’organisation mise en place par l’entreprise pour assurer l’intégration d’un nouvel embauché et l’apprentissage d’un métier. En effet, c’est une relation entre deux personnes dans une situation formative : un professionnel et une personne en apprentissage d’un métier dans son environnement.

Actualité : Le tutorat, un dispositif largement méconnu !

La désignation d’un tuteur

L’arrivée d’un alternant dans l’entreprise nécessite la désignation d’un tuteur pour le contrat de professionnalisation ou d’un maitre d’apprentissage pour le contrat d’apprentissage chargé de l’accompagner tout au long de sa formation. C’est un outil au service de la professionnalisation.

En effet, depuis le 28 août 2014, la désignation d’un tuteur est désormais obligatoire dans le cadre du contrat de professionnalisation. Il faut donc le choisir parmi les salariés « qualifiés » de l’entreprise.  Néanmoins, le salarié choisi doit être volontaire et doit posséder au moins 2 ans d’expériences professionnelles dans une qualification en rapport avec l’objectif de professionnalisation de l’alternant. L’employeur a la possibilité d’assurer lui-même le tutorat. Un salarié peut donc être désigné tuteur s’il maîtrise son métier et s’il possède une expérience en rapport avec l’objectif de formation du jeune.

Notez-le : le tuteur ne pourra pas suivre plus de 3 alternants à la fois bénéficiaires d'un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage.

Un tuteur, pour quoi faire ?

Le tuteur a pour mission :

  • d’intégrer et d’accueillir le stagiaire ;
  • d’organiser et de planifier le parcours d’acquisition des compétences du stagiaire ;
  • d’accompagner et de transmettre les connaissances, les savoirs, savoir-faire, savoir-agir et la culture d’entreprise ;
  • de suivre et d’évaluer la progression professionnelle de l’apprenant : l’accompagner, faire des bilans d’étape ;
  • d’entretenir et d’organiser les relations avec les acteurs concernés par le parcours de l’apprenant (centre de formation).

Essentiel: un bon accueil favorise l’intégration du stagiaire ! Le tuteur devra donc assurer le respect du suivi du contenu du stage ainsi qu’accompagner le stagiaire dans les tâches confiées.

Notez-le : gardez à l’esprit les objectifs du stage : l’adéquation entre la formation de la personne et les nécessités du poste de travail.

Mais aussi, le tuteur devra également faire en sorte de favoriser l’exercice de la fonction tutorale en prévoyant l’aménagement de son activité, de façon à lui laisser le temps nécessaire pour exercer ses missions dans de bonnes conditions tout en continuant à exercer ses fonctions dans l’entreprise.

Notez-le : le tutorat est un outil de valorisation des compétences d’un salarié expérimenté en lui permettant de transmettre ses méthodes de travail et son savoir-faire.

Les aides financières au tutorat

L’entreprise a la possibilité de bénéficier d’une prise en charge financière des dépenses liées à l’exercice du tutorat (frais de transport, rémunération...). Il s’agit d’une prime d’un montant de 230 euros par mois et par salarié en contrat ou en période de professionnalisation pour une durée maximale de 6 mois.

De plus, les organismes paritaires collecteurs agréés peuvent également prendre en charge les frais liés à la formation que doit suivre le tuteur. Cette formation réalisée avant la prise de fonction permet au tuteur d’avoir tous les éléments clés en main pour mener à bien sa mission, d’acquérir les outils et les méthodes appropriés.

La prise en charge se fait, la plupart du temps, à hauteur de 15 euros dans la limite de 40 heures soit un plafond maximal de 600 euros pour les tuteurs de salariés en contrat de professionnalisation ou en période de professionnalisation. Sont compris dans cette prise en charge : les frais pédagogiques, la rémunération ainsi que les frais de transport et d’hébergement.