Les demandeurs d’emploi, premiers à profiter du CPF

Par , le 12/01/2016

Selon les chiffres publiés, les formations validées dans le cadre du CPF profitent en premier lieu aux demandeurs d’emploi. Un constat qui trouve pour première origine le déséquilibre dans les demandes entre ces deux publics.

Les chiffres de janvier 2016 sont significatifs. Sur une année, 209 670 dossiers de formation entrant dans le cadre du CPF ont été validés. Ces chiffres démontrent donc bien l’intérêt grandissant du public pour ce nouveau compte directement né de la réforme de la formation professionnelle.

Par ailleurs, ces derniers dévoilent également une autre donnée : les demandes de formation dans le cadre de ce dispositif ont d’abord été faites par les demandeurs d’emploi (78 %), loin devant les salariés qui ne représentent que 21 % des dossiers.

Cependant, comment expliquer ce déséquilibre? indéniablement par une méconnaissance encore trop importante du fonctionnement du CPF par les salariés. De ce fait, les demandes sont beaucoup moins importantes, avec des projets de formation qui commencent juste à se développer.

De plus, Selon le ministère du Travail, ces résultats sont principalement issus d’un déficit d’information présent au sein des entreprises. En effet, ces dernières ne communiquent pas assez.

À l’inverse, les demandeurs d’emploi profitent de renseignements plus poussés, faisant du compte personnel de formation, un outil de premier choix dans la perspective d’un retour à l’emploi.

Ces derniers bénéficient également d’un abondement des heures par le FPSPP (fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) afin de garantir la réussite de leur projet de formation. Autant de raisons qui poussent les demandeurs d’emploi à se former.

Reste désormais plus qu’à attendre une meilleure répartition quant aux demandes de formation entre les demandeurs d’emploi et les salariés. Il est à noter que le nouveau dispositif entré en vigueur en janvier 2015 permet de répondre à de nombreux projets, que ce soit en termes d’approfondissement des connaissances ou, à l’inverse, dans le cadre d’un changement de voie.

A noter que les premières demandes de formation concernent aujourd’hui les certifications en langues. Viennent ensuite les formations aux diplômes d’État d’aide-soignant et d’infirmier, et aux apprentissages de cariste d’entrepôt et conducteur du transport routier de marchandises. Affaire à suivre...

Catégories de l'article :

Formations sur le même sujet :