Les entreprises européennes, entre crise et formation professionnelle

Par , le 30/10/2012

Les entreprises européennes, entre crise et formation professionnelle cultivent le paradoxe en matière de formation professionnelle. À la recherche constante de nouveaux talents et en quête de personnels compétents, elles sont pourtant nombreuses à réduire, au sein de leur structure, le budget consacré à la formation professionnelle.

La formation professionnelle dans les entreprises européennes

La crise est présente dans tous les rouages de l’économie, y compris dans les entreprises. Cette tendance se vérifie aujourd’hui dans toute l’Europe. Ainsi, le cabinet de conseil Accenture a publié, en 2012, les résultats d’une enquête menée auprès des décideurs européens.

Il en ressort que si la formation professionnelle est reconnue comme étant un élément indispensable pour disposer d’un personnel qualifié, beaucoup ont choisi, dans le même temps, de diminuer leur budget concernant les formations proposées aux salariés.

Ainsi, en 2011, 86 % des entreprises interrogées avaient revu à la baisse les fonds dédiés à la formation professionnelle, notamment en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne, mais également en France.

Dans le même temps, 72 % des chefs d’entreprises estimaient qu’ils devraient, à l’inverse, augmenter cette charge financière pour disposer des compétences recherchées afin de faire progresser leur société.

L’exportation des compétences, pas encore à l’ordre du jour 

Derrière ce paradoxe, une autre donnée est également mise en évidence par cette étude. Ainsi, alors que les frontières européennes sont tombées depuis plus de 15 ans, cette liberté n’a que peu atteint le monde du travail.

Tandis que les compétences sont manquantes et la formation réduite, les entreprises ne sont pourtant que 28 % à se tourner vers la main d’œuvre européenne. Selon cette même enquête, cette recherche n’est également que rarement menée au cœur même de chaque société afin de s’appuyer sur les multiples compétences des salariés.

La réduction des budgets de formation et la gestion limitée des compétences se révèlent donc de plus en plus comme un frein à la redynamisation des sociétés. De quoi s’interroger sur les solutions à mettre désormais en place, tout en confirmant le rôle central de la formation professionnelle...