Les formations à la prévention au cœur des préoccupations du BTP

Par , le 26/05/2014

L’Observatoire national des formations à la prévention vient de dévoiler un premier état des lieux des formations dans les entreprises artisanales du BTP. La prévention des risques est au cœur des préoccupations des entreprises artisanales, qui sont de grandes consommatrices de formation.

Actualité : Les formations à la prévention au cœur des préoccupations du BTP - Tissot Formation

La prévention, un besoin identifié du BTP

La branche professionnelle du BTP compte environ 500.000 entreprises et 1.500.000 salariés. Ce secteur figure parmi ceux où les risques professionnels sont les plus importants, où les petites entreprises ne sont pas épargnées.

Les entreprises artisanales, qui représentent plus de 90% des entreprises du BTP restent touchées par des  risques professionnels élevés, auxquels les réponses apportées ne sont pas satisfaisantes.

La formation est un véritable levier de compétitivité et de performance pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Les critères de qualité, de compétence et de qualification constituent des atouts pour une entreprise artisanale dans un contexte économique difficile. 

Conscients de ces enjeux, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), la Chambre nationale de l’artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP), l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (IRIS-ST) et l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) ont créé en juillet 2011 un Observatoire des formations à la prévention suivies par les entreprises artisanales du BTP.

Cet observatoire a pour objectif de prendre en compte les besoins et spécificités des entreprises artisanales du BTP afin de mieux cibler leurs  besoins de qualité, de compétence et de qualification, pour piloter l’offre de formation et l’adapter aux besoins réels des professionnels en matière de prévention.

Depuis 2011, l’Observatoire a collecté et traité des centaines de milliers de données relatives aux formations à la santé-sécurité suivies dans les entreprises artisanales et en a fait une synthèse, publiée en avril 2014. Cette première note innovante sera suivie d’autres études (en principe en 2015 sur la base des chiffres et données 2012) dans un souci de comparaison des indicateurs, afin de suivre une tendance.

La formation, un outil au service de la prévention

L’Observatoire des formations à la prévention  dresse un état des lieux précis des formations à la prévention suivies par les entreprises artisanales du BTP, après avoir affiné ses résultats par métier, par risque, par profil ou encore par région.

Typologie des stagiaires

• L’Observatoire note que les métiers « à risques » sont surreprésentés.  Les métiers de maçon et couvreur sont davantage représentés que des métiers comme ceux de la pierre, de la peinture, de la vitrerie ou du revêtement.

• L’étude fait apparaître des écarts significatifs en fonction du statut du stagiaire. En effet, 10 % des chefs d’entreprise ont suivi des formations sur ce thème, contre 43 % des salariés qui, étant le plus sur le terrain, sont les plus confrontés aux risques d’accidents.

• L’Observatoire note  une sous-représentation des femmes dans les formations. Elles ne représentent que 2 % des stagiaires formés alors même qu’elles composent 11 % des salariés du BTP. La raison tient sans doute au fait que les femmes ont souvent un rôle lié à la gestion plus qu’au terrain et ont donc moins besoin d’être formées à la prévention.

Thèmes de formation

• L’Observatoire constate que la prévention constitue le deuxième domaine de formation le plus suivi, après la technique.  Avec  38.117 stagiaires, les formations à la prévention constituent plus d’une formation sur trois réalisée en 2011.

• L’Observatoire fait ressortir que les thèmes des formations suivies ne sont pas forcément en lien avec les causes principales d’accidents du travail. En effet, la plupart des accidents constatés concernent des actions comme la manutention manuelle. Or, la majorité des formations dispensées en 2011 concernaient la conduite d’engins, le travail en hauteur et le secourisme. On constate un déficit de prévention sur des actions plus routinières.

• L’Observatoire note que les formations semblent porter leurs fruits mais qu’un travail de sensibilisation doit encore être mené sur des problématiques moins techniques mais quotidiennes comme les manutentions manuelles et les chutes de plain-pied.

• L’Observatoire soulève également le fait que certains thèmes de prévention sont sous-représentés, soit pour des formations obligatoires (ex : amiante, produits chimiques dangereux, etc.), soit pour des formations non-obligatoires qui sont très peu mises en œuvre dans les entreprises artisanales (ex : gestion de la sécurité).

Il s’interroge enfin sur la faiblesse de la mobilisation sur certains thèmes de prévention, à caractère obligatoire ou non et sur les raisons et les moyens d’y remédier (manque de sensibilisation des chefs d’entreprise, de communication autour de ces formations, d’adaptation de ces formations au public artisanal, d’offre de la part des organismes de formation ?...)

 

Lien vers le communiqué de presse : http://www.capeb.fr/media/document/2014-04-16-cp-observatoire-des-formations.pdf

Lien vers le site de l’OPPBTP : http://www.preventionbtp.fr/Magazine/Reportages/Actualite/La-prevention-deuxieme-domaine-de-formation-le-plus-suivi

Formations sur le même sujet :