Les hiboux en colère !

Par , le 22/06/2015

Le 27 avril dernier, un organisme de formation en langue a lancé une pétition pour dénoncer les difficultés du mécanisme de la réforme sur la formation professionnelle qui a bloqué plusieurs milliers de formations depuis son entrée en vigueur le 1er janvier 2015.

Le mouvement appelé "hiboux" s'inscrit dans la même lignée que les autres volatiles, les pigeons et les poussins, mouvements de contestation apparus ces dernières années. Lancé par deux salariés de cet organisme de formation pour défendre les intérêts des indépendants de la formation professionnelle, il a réuni beaucoup de signatures en 2 jours suite à une pétition lancée sur les réseaux sociaux.

Les revendications ont été vives. Elles concernent d’une part, la procédure pour demander une formation dans le cadre du CPF et d’autre part, le fait qu’il faille que les formations suivies doivent impérativement faire partie d’une liste éligible et donc validées par le Copanef pour qu’elles soient considérées comme acceptées.

Ces derniers mettent en avant le DIF pourtant considéré comme un échec, qui a cependant permis à des milliers de salariés de suivre des formations, et cela peu importe quelles soient qualifiantes ou certifiantes.

C’est ainsi qu’un lettre ouverte a été écrite au ministre du travail, Monsieur François Rebsamen réclamant « une simplification » de la réforme de la formation professionnelle et des « mesures d‘urgences ».

Le ministre du travail a alors décidé de répondre aux manifestants dans une tribune sur le site cpformation.com. Ce dernier explique brièvement qu’il faut laisser du temps à la réforme pour qu’elle s’installe et pour que son mécanisme entre dans les mœurs de chaque entreprise. Il met en avant également le fait que la réforme va dans le sens de la formation de l’individu tout au long de sa vie et qu’elle doit profiter à tous. Enfin, il indique clairement que la réforme « permet d’être plus proche de la réalité des entreprises et plus proche des préoccupations des salariés ».

Face à cette révolte qui ne sera certainement pas la dernière, est ce que le gouvernement acceptera de faire un effort et donc alléger les conditions de mises en œuvre du CPF ? Affaire à suivre…

Formations sur le même sujet :