Les jeunes de plus en plus formés par les grandes entreprises

Par , le 27/03/2014

Avec la multiplication des solutions d’emploi et de formation dédiés aux moins de 26 ans et la signature de conventions avec l’État, les jeunes sont de plus en plus nombreux à faire leurs premiers pas dans la vie active au sein de grands groupes avec, à la clé, la formation à un métier pour leur garantir un avenir.

Un accord-cadre pour former les jeunes

Les jeunes de plus en plus formés par les grandes entreprisesEmplois d’avenir, contrats de génération ou accord-cadre signé entre l’entreprise et l’État, les solutions favorisant l’embauche des jeunes se sont multipliées ces dernières années, associées le plus souvent à une obligation de formation.

L’un des pionniers en la matière n’est autre que le groupe Renault. Celui-ci a signé en 1992 un accord-cadre avec l’État, prévoyant la formation de jeunes sans qualification. Depuis 22 ans, plus de 3 800 jeunes de moins de 26 ans en ont bénéficié, et 800 autres devraient y avoir accès d’ici 2016, suivant le nouvel avenant venu complété l’accord début 2014.

Cette implication prévoit notamment l’accompagnement de chaque jeune par des tuteurs volontaires, salariés de l’entreprise. Chaque stagiaire bénéficie alors d’une formation initiale de 3 à 4 mois sur les comportements de base de la vie en entreprise, avant de débuter son contrat en alternance en vue d’obtenir un diplôme qualifiant, que ce soit un CAP ou un Bac pro. A ce jour, le taux de réussite aux examens est d’ailleurs de 90 %, avec, pour 70 % d’entre eux, un emploi trouvé dans les 6 mois qui ont suivi.

Les nouveaux contrats au cœur du dispositif de formation

Les nouvelles sources de formation des jeunes sont également multiples avec, notamment l’obligation de signatures de contrats de génération pour toutes les entreprises de plus de 300 salariés. L’un des premiers grands groupes à avoir franchi le pas en 2013 a été Thalès, s’engageant à recruter d’ici 2016, en CDI, 2 000 jeunes de moins de 30 ans, dont 600 de moins de 26 ans. L’entreprise s’est aussi engagée à augmenter ses effectifs en alternance d’ici 2015, en les faisant passer de 3,8 % à 5 %.

Les emplois d’avenir ont également amené la signature de plusieurs conventions-cadres entre les grandes entreprises et l’État. Parmi les groupes ayant choisi cette option figurent des entreprises traditionnelles telles que la SNCF ou La Poste, mais également d’autres. Par exemple, Flunch s’est engagé à embaucher 400 jeunes d’ici fin 2014, 70 pour Schneider et 1 000 pour Carrefour où il s’agit d’emplois en CDI et à temps complet.

Ces initiatives entrent donc toutes dans la même volonté d’apporter à chaque jeune une formation et un métier, leur assurant de fait un avenir. 

Formations sur le même sujet :