Les séniors du secteur privé et du secteur public traités inégalement

Par , le 12/05/2011

Une étude publiée dans la revue de l’INSEE, « Economie et statistique » a révélé l’inégalité des séniors du privé et du public, face à l’utilisation de l’informatique. Ces derniers sont mieux formés et mieux aidés lorsqu’ils sont salariés de la Fonction Publique.

Les séniors du secteur public mieux armés pour l'informatique

L'étude de Danielle Guillemod et d'Aurélie Peyrin, publiée dans la revue de l'INSEE « Economie et statistique », a démontré l'inégalité face à l'informatique, des séniors du secteur privé et du secteur public.

En effet, les résultats révèlent que dans les secteurs marchands du privée, 77 % des trentenaires utilisent l'informatique, mais seulement 68 % des plus de 50 ans, alors que dans le secteur public, les statistiques montent jusqu'à 90 % pour les trentenaires, et 87 % pour les plus de 50 ans.

Cependant, ces impressionnants écarts d'utilisation de l'informatique, semblent être plus liés au niveau du diplôme et à la catégorie socioprofessionnelle, qu'à l'âge des salariés.


La formation et l'entraide au service des séniors

L'étude publiée dans le magasine de l'INSEE, a également montré l'importance de la formation professionnelle et de l'entraide entre salariés, dans l'utilisation de l'informatique par les séniors. Encore une fois, les résultats prouvent que le secteur public a largement plus investi, car les salariés de plus de 50 ans ont suivi autant de formations professionnelles que les trentenaires. Ils indiquent également que 64 % des séniors du public ont suivi au moins une formation, contre 44 % dans les secteurs marchands du privé.

Avec ses résultats, l'étude souhaite démontrer l'importance de la formation professionnelle, ainsi que de l'entraide intergénérationnelle dans les entreprises.


Spécialiste de la formation professionnelle, Tissot Formation propose de nombreux cursus dans le but d'améliorer les compétences de vos salariés : formations ressources humaines, formations Management


Rédigé le 12 mai 2011, par Elisabeth Carteron.