Michel Sapin, nouveau ministre en charge de la formation professionnelle

Par , le 22/05/2012

Michel Sapin a succédé, le 17 mai 2012, à Xavier Bertrand en tant que ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. Ce ministère, confié à un habitué aux hautes fonctions de l’État, se révèle d’ores et déjà comme l’un des plus importants du nouveau gouvernement.

Emploi et formation professionnelle : un ministère clé pour un homme habitué aux défis

On l'attendait à Bercy, c'est finalement rue de Grenelle que Michel Sapin a enfilé son habit de ministre au sein du nouveau gouvernement. Ce proche de François Hollande a ainsi été nommé au Travail, à l'Emploi, à la Formation professionnelle et au Dialogue social. Sa mission est grande, avec une attente majeure de la part de tous les partenaires sociaux. En effet, une grande part du programme du nouveau chef de l'État repose sur la relance et la préservation des emplois, mais également le développement de la formation professionnelle, pour les jeunes, les salariés et les chômeurs.

Autant dire qu'il s'agit d'un vaste ministère dont vient d'hériter cet énarque, habitué des couloirs ministériels. Ainsi, l'homme a déjà été ministre délégué à la Justice de 1991 à 1992, ministre de l'Économie et des Finances de 1992 à 1993 avant de se voir confier le portefeuille de la Fonction publique et de la Réforme de l'État entre 2000 et 2002.

Les mesures attendues sur la formation professionnelle

Les tâches qui l'attendent sur le simple terrain de la formation professionnelle sont nombreuses avec, notamment :

  • l'instauration du contrat de génération ;
  • la mise en place d'un compte-temps formation ;
  • la formation des chômeurs et des jeunes.

Ces mesures et bien d'autres devraient faire l'objet de premières discussions avec les partenaires sociaux dès cet été.

D'autres ministères sont également concernés par la formation professionnelle continue. C'est le cas du ministère de l'Éducation, confié à Vincent Peillon, concernant l'emploi et la formation des jeunes, de celui du Redressement productif, par l'intermédiaire d'Arnaud Montebourg, et du ministère de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, dont Marylise Lebranchu devra mettre au point la future décentralisation en faveur des régions.

Les coulisses…
Le nom du ministre de la Formation professionnelle s'est fait quelque peu attendre. En effet, lors de l'annonce de la composition du gouvernement par le nouveau secrétaire général de l'Élysée, aucun ministère n'a trouvé faveur à accueillir cette branche pourtant clé dans le programme du nouveau président élu. Un communiqué, quelques heures plus tard, a rectifié l'omission en venant renommer le ministère du Travail et de l'Emploi. Fin du suspense et début du travail pour ce qui représente l'un des gros chantiers de ce quinquennat…

Photo : Creative Commons

Catégories de l'article :

Formations sur le même sujet :