Quand l’e-learning développe de fausses idées sur la formation

Par , le 02/11/2015

La formation professionnelle a suivi la tendance et, avec elle, le développement de nouvelles solutions d’apprentissage basées sur le numérique. Première d’entre elles, l’e-learning. Désormais bien installé, il fait pourtant l’objet de multiples idées reçues, pas toujours vraies.

E-learningOrganiser la formation professionnelle en entreprise est une étape importante. Elle commence par un choix devenu vaste, celui du support. En effet, plusieurs modèles se sont développés ces dernières années avec, en premier lieu, l’e-learning. Basé sur l’apprentissage à distance, il a su facilement s’imposer par sa facilité de mise en œuvre, notamment auprès d’un public pas toujours disponible pour des séances en présentiel. Dans le même temps, cette nouvelle source de formation professionnelle a également multiplié les idées reçues.

Plusieurs questions reviennent régulièrement, notamment celle de son adaptabilité à tous les publics professionnels. Qui dit informatique envisage en effet bien souvent un outil à dédier exclusivement aux plus jeunes actifs, représentés par la génération Y. Or, tous les travailleurs se sont adaptés à ces nouveaux apprentissages pour en tirer le meilleur parti. La réticence, plus que dans l’outil, vient davantage, pour les plus âgés, dans la question de se former seul devant son ordinateur. Pour pallier cette tendance, les formateurs ont fréquemment revu leurs solutions pour mixer les techniques, entre présentiel, réservé au développement des acquis, et la formation à distance, pour les approfondir de façon ludique.

Un coût moins bien maîtrisé

C’est justement cette idée d’apprendre qui est souvent mal perçue. En effet, loin d’être synonyme d’ennui, l’e-learning prend des formes très différentes, faisant par exemple intervenir les jeux de simulation, notamment avec le développement des serious games.

Enfin, une autre idée persiste, celle du coût moindre des formations à distance. Pour le choix d’apprentissages simples aux données larges tels que l’on peut les retrouver dans les MOOCs, les coûts sont généralement moins conséquents. En revanche, le choix de ce type de formation pour développer des connaissances personnalisées implique la création de sessions à distance spécifiques, se traduisant par une envolée des prix. Dans ce dernier cas, l’apprentissage classique, en présentiel, revient alors moins cher, même s’il implique une plus grande contrainte au niveau de la disponibilité des salariés.  

Formations sur le même sujet :