Quand l’informatique tire vers le haut la formation professionnelle

Par , le 12/03/2015

Les enjeux liés à la formation professionnelle comprennent de nombreux domaines. Entre équipements et apprentissages, les besoins se sont fortement développés ces derniers mois. Une tendance qui devrait d’ailleurs s’accélérer.

Actualités : Quand l’informatique tire vers le haut la formation professionnelle

Visionnaire Bill Gates ? En annonçant que 2015 serait l’année du e-learning, simplifiant l’accès aux apprentissages, il vient confirmer la ligne qui se dessine depuis maintenant plusieurs années. Cette révolution a aussi depuis peu un nom, le MOOC, qui offre des ressources en nombre et sur de multiples connaissances.

Ces mêmes éléments se retrouvent aujourd’hui dans la formation professionnelle, secteur en pointe dans ces évolutions et qui a su mesurer le degré d’importance de ces innovations pour les appliquer rapidement à son domaine.

Ces avancées liées aux progrès de l’outil informatique ont aussi eu un autre effet, celui de développer les besoins même en formation pour permettre aux salariés, à tous les niveaux de l’entreprise, de maîtriser les différents outils mis à disposition. Cela concerne, en premier lieu, les équipes administratives ou commerciales. Le premier effet a été de remettre la formation au centre des priorités des services de ressources humaines, à la recherche de sessions adaptées à ces nouveaux besoins d’enseignement.

Mais cette évolution des outils influe aussi d’une autre façon le domaine de la formation professionnelle, cette fois dans son côté pratique. Premiers à en faire les frais, les logiciels de gestion des parcours pédagogiques (LMS) devenus obsolètes, pas seulement du fait des nouveaux principes instaurés par la réforme de la formation professionnelle. En effet, ces outils doivent désormais prendre en compte les usages intégrant notamment les apprentissages à distance et le développement du cloud, entre autres. Aujourd’hui, selon une étude menée par Deloitte, les entreprises déjà équipées sont même 61 % à envisager de changer de LMS au cours des 18 prochains mois. Un retour à l’informatique donc, parti justement des avancées technologiques…

Catégories de l'article :

Formations sur le même sujet :