Réforme de la formation professionnelle : des salariés indifférents

Par , le 02/05/2014

Les employés se révèlent peu concernés par la réforme de la formation professionnelle votée récemment. C’est ce qui ressort de la nouvelle enquête réalisée par CIMES. Plus étonnant, les responsables formation sont même les plus nombreux à penser que rien ne changera.

 Réforme de la formation professionnelle : des salariés indifférents - Tissot Formation

Élément majeur dans la relance de l’emploi, source de compétitivité ou encore un droit pour les salariés, la réforme de la formation professionnelle s’est toujours présentée comme une évolution majeure pour tous les salariés. Seul inconvénient, ceux-ci apparaissent pourtant peu concernés. Selon la dernière étude de CIMES, ils sont ainsi 45 % à n’avoir aucun avis sur ce changement intervenu au sein de la formation entreprise.

Seulement 26 % estiment qu’il s’agit d’une bonne chose, avec cependant un bémol : beaucoup la considèrent également comme venant complexifier les mécanismes de formation. Ils ne sont alors réellement que 10 % à la considérer comme une évolution « majeure et positive ».

Ces chiffres contrastent avec une autre donnée : 70 % des interrogés continuent pourtant de juger la formation professionnelle comme un élément essentiel et même important dans l’entreprise.

Les responsables de formation, peu convaincus

Le plus surprenant vient des responsables de formation eux-mêmes. En effet, ces derniers sont 57 % à estimer que la réforme ne changera rien au sein des entreprises où chaque stage représente d’abord une solution de développement des compétences dans 80 % des cas.

Le CPF ne trouve guère plus de faveur aux yeux des salariés. Ils sont d’ailleurs 15 % à penser que le premier effet de la réforme sera une baisse des formations cofinancées par l’entreprise. Dans le même temps, 14 % estiment que la réforme va surtout être profitable aux demandeurs d’emploi. Un avis partagé par 34 % des responsables formations.

Une modification de l’idée de formation

L’enquête met aussi en avant une autre donnée, celle du suivi des formations. Tandis que les stages de plusieurs jours ont longtemps été la norme, aujourd’hui, les entreprises comme les salariés cherchent à en réduire la durée.

Ainsi, le modèle de formation est plus court, mais s’invente également d’autres formats. Premier signe, les demandeurs en formation plébiscitent désormais le blended learning, ou même le petit dernier dans la panoplie des apprentissages : le Mooc.

 

Découvrez notre dossier sur la loi de la formation professionnelle :

Les conditions pour bénéficier de la VAE

L'entretien professionnel obligatoire

Le plan de formation

Le compte personnel de formation (CPF)

Le financement de la formation professionnelle

> Découvrir le dossier complet

 

Téléchargement gratuit :

TéléchargementTéléchargez notre dossier complet sur la loi de la formation professionnelle

Formations sur le même sujet :