Un accord pour une meilleure coordination des formations en région

Par , le 17/10/2013

L’État, l’Association des régions de France et les partenaires sociaux ont signé un accord-cadre le 9 octobre 2013 afin de mieux coordonner les actions de formation sur chaque territoire. L’objectif est de raisonner désormais en termes de besoins dans chaque région, au-delà de la seule réflexion sur les publics à aider.

La formation professionnelle pensée au niveau territorial

Actualités : Un accord pour une meilleure coordination des formations en région - Tissot FormationLes négociations instaurées pour répondre au plan d’urgence formation en avaient fixé les prémices, le nouvel accord qui vient d’être signé entre tous les protagonistes de la formation professionnelle confirme ce nouvel élan. Ainsi, c’est entouré des partenaires sociaux nationaux et interprofessionnels et de l’Association des régions de France que le ministre de l’Emploi et de la Formation, Michel Sapin, a présenté l’accord-cadre signé le 9 octobre.

 Celui-ci a pour objectif d’élargir le choix des actions de formation à mettre en place, jusque-là centré sur les publics prioritaires - les jeunes, les demandeurs d’emploi ou les salariés les plus fragiles, notamment en situation d’illettrisme, autre grande cause gouvernementale -, aux besoins territoriaux, en concertation avec les partenaires sociaux locaux. « Il est faux de croire que nous serons tous mobiles et sans attache. Il est donc pertinent de travailler à l’échelle du bassin d’emploi » a confirmé Michel Sapin.

Un accord qui vient appuyer le nouvel appel à projets du FPSPP

Cet accord fait suite au nouvel appel à projets du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) dédié à l’accompagnement des mutations économiques et doté d’un financement de 10 millions d’euros.

 Ainsi, le document signé entre tous les partenaires doit permettre de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et le retour à l’emploi des chômeurs, mais aussi de travailler sur l’anticipation des mobilités économiques attendues sur chaque territoire. Cela devra notamment inclure la formation aux nouvelles techniques en lien avec l’évolution des professions, ou la création de passerelles entre les métiers déclinants et ceux émergeant.