Une vision différente de la formation entre salariés et DRH européens

Par , le 20/04/2012

Si la formation reste un domaine très apprécié dans toutes les entreprises, sa motivation est, en revanche, différente entre les salariés et les DRH. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par le groupe Cegos entre février et mars 2012, dans 6 pays européens : la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la Hollande et le Royaume-Uni.

La formation, outil de travail ou de promotion ?

Une vision différente de la formation entre salariés et DRH européensEt si la formation s'avérait une solution pour mieux vivre son emploi ? La question méritait d'être posée pour connaître les fondements mêmes de ces heures d'apprentissage et leur perception auprès des principaux intéressés : les salariés et les DRH.

Dans une enquête menée dans 6 pays européens par le groupe Cegos, il apparaît que 65 % des employés voient dans la formation une opportunité de s'épanouir professionnellement et personnellement, juste devant la possibilité de mieux pouvoir accomplir son travail (60 %). 93 % des sondés se disent même satisfaits des formations qu'ils ont pu suivre, dont 36 % de « très satisfaits ».

La surprise vient alors davantage de la perception des DRH concernant l'intérêt pour les salariés de suivre une formation. Ainsi, pour 64 % des responsables en ressources humaines, les employés suivent d'abord une formation pour obtenir une promotion ou une augmentation (58 %), alors que cet avis n'est partagé que par 45 % des salariés.

 

 

Le choix des bénéficiaires des formations

Ces chiffres expliquent alors plus facilement la part des formations réalisées à la demande des employés. En effet, pour 44 % d'entre eux, il s'agit d'une initiative personnelle (39 % en France).

Derrière ces pourcentages, une autre donnée importante apparaît, concernant le public privilégié pour suivre les formations par les DRH. Ainsi, ils sont 43 % à déclarer souhaiter développer à l'avenir les formations pour les jeunes et 40 % pour les personnes considérées comme des « talents ». À l'inverse, ils ne sont que 28 % à prévoir faire un effort de formation vis-à-vis des salariés dont l'employabilité est menacée.

Ces données ne doivent cependant pas faire oublier une autre information fournie par l'enquête : 63 % des salariés estiment que l'accès à la formation en entreprise s'est amélioré ces dernières années.